En Hongrie et en Pologne, les médias indépendants au défi de la censure

·1 min de lecture

Haro sur les médias indépendants à l’est de l'Europe. Alors que la tendance au musellement des organes de presse se poursuit dans certains pays européens, notamment en Hongrie et en Pologne, Les Carnets du monde, dimanche sur Europe 1, se penchent sur ces gouvernements qui y entachent considérablement la liberté de la presse. Parce qu’ils ne font pas le jeu du pouvoir en place, voire parce qu’ils se montrent critiques à son égard, certaines organisations indépendantes sont mises au pas et cessent même d’émettre, comme dernièrement Klubradio en Hongrie. Plus au nord, en Pologne, une grève sans précédent a été observée par les médias afin de protester contre une taxe qui les fragiliseraient considérablement.

>> Retrouvez les Carnets du monde en podcast et en replay ici 

"Le Fidesz ne nous a pas fait taire, au contraire"

En matière de censure et d’autocensure des médias, la Hongrie de Viktor Orban fait figure d’exemple en Europe. Dernière victime en date : Klubradio, la principale radio indépendante du pays. Dimanche dernier, à minuit, celle-ci a cessé d’émettre sur la bande FM. Pour marquer cette rupture, une phrase familière a été glissée à l’antenne en clin d’œil au pouvoir en place. "Nous n’oserions jamais faire taire ceux qui ne sont pas d’accord avec nous." Une phrase prononcée en 2018 par le Premier ministre Viktor Orban au Parlement européen et qui avait provoqué l’hilarité de l’hémicycle.

Après un bras de fer de plus de dix ans, le gouvernement a finalement fait t...


Lire la suite sur Europe1