Hongrie: La justice refuse de renouveler la licence d'une radio critique

par Anita Komuves
·2 min de lecture
HONGRIE: LA JUSTICE REFUSE DE RENOUVELER LA LICENCE D'UNE RADIO CRITIQUE

par Anita Komuves

BUDAPEST (Reuters) - Un tribunal de Budapest a rejeté mardi l'appel d'une radio d'opposition hongroise contre le retrait de sa licence, ce qui va la contraindre à cesser de diffuser sur les ondes.

Klubrádió émet depuis 19 ans. Ses débats donnent très souvent la parole aux partis de l'opposition et à des invités qui n'hésitent pas à critiquer la politique gouvernementale.

L'autorité hongroise de l'audiovisuel a annoncé en septembre dernier qu'elle ne renouvellerait pas automatiquement sa licence en raison d'une série d'infractions réglementaires commises par ce média depuis l'octroi de sa licence actuelle il y a sept ans, licence qui expire dimanche.

La mainmise croissante du gouvernement d'Orban sur les médias hongrois est à l'origine de vives critiques de l'Union européenne sur l'érosion des normes démocratiques dans le pays, critiques rejetées par Budapest.

Selon la juge Regina Antal, les deux infractions attribuées à Klubrádió ont eu pour conséquence que "le conseil de l'audiovisuel n'avait pas la possibilité de délibérer" sur l'opportunité de renouveler la licence.

La radio a dit avoir eu deux fois du retard dans le dépôt de rapports sur le contenu de sa grille des programmes, une erreur commise également par d'autres stations dont les licences ont néanmoins été renouvelées.

"L'espace médiatique indépendant du parti au pouvoir continue de se réduire de manière significative, et cette (affaire) est une autre étape importante dans ce processus", a déploré Agnes Urban, analyste du groupe de réflexion Mertek Media Monitor.

"La suspension de (l)a diffusion de Klubrádió serait un signal très inquiétant en termes de pluralisme et d'indépendance des médias, de liberté d'informer et d'être informé, auxquels la France est très attachée. Nous appelons la Hongrie à respecter ses engagements européens en la matière", a réagi le ministère français des Affaires étrangères.

(Version française Diana Mandiá, édité par Jean-Stéphane Brosse)