Hongrie: la demande d'assignation à résidence de l'Italienne Ilaria Salis rejetée

Ilaria Salis restera dans une prison de haute sécurité de Budapest où elle est détenue depuis plus d’un an. La justice hongroise a rejeté jeudi 28 mars sa demande d’assignation à résidence en Italie. L'enseignante milanaise, notamment accusée de tentative d’agression, nie ces allégations.

Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

Ilaria Salis, 39 ans, est arrivée au tribunal de Budapest ce jeudi 28 mars mains enchaînées et pieds liés, comme lors de sa première audience le 29 janvier dernier, suscitant de nouveau une vague d’indignation en Italie.

Le juge Jozsef Sòs justifie son refus d’assigner à résidence Ilaria Salis par « les graves accusations [qui] restent inchangées ». Pour lui, les « treize mois de détention provisoire ne sont pas suffisants pour évaluer la non-dangerosité d’Ilaria Salis ». Cette dernière a participé à une manifestation contre un rassemblement d’un groupe néonazi en février 2023 à Budapest, au cours de laquelle elle aurait blessé deux activistes.

Roberto Salis, le père de la prévenue, dénonce un « procès politique » et affirme que la décision de la justice hongroise est « une énième démonstration de force du gouvernement Orban ».

Originaire de Monza, près de Milan, Iliara Salis risque jusqu’à 24 ans de réclusion. La défense fera appel de cette décision. La prochaine audience a été fixée au 24 mai.

Tensions diplomatiques entre la Hongrie et l'Italie


Lire la suite sur RFI