Hongrie: après l'état d'urgence sanitaire, l'état d'urgence pour cause de guerre en Ukraine

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En Hongrie, l'état d'urgence lié à la pandémie de coronavirus devait expirer mardi prochain. Mais depuis cette nuit, un nouvel état d'urgence lié à la guerre en Ukraine est entré en vigueur, quelques heures à peine après la prise de fonction du nouveau gouvernement de Viktor Orbán, dont le parti a été confortablement réélu en avril dernier.

Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

Avec Viktor Orbán, les choses ne traînent pas. Ce mardi 24 mai, les ministres ont prêté serment et le Parlement a modifié la Constitution pour autoriser un état d'urgence lié à une situation de guerre dans un pays voisin.

Dans la foulée, le Premier ministre a déclaré l'état d'urgence, qui est entré en vigueur le jour à minuit. Désormais, le dirigeant de droite souverainiste va pouvoir continuer à gouverner par décrets pour une durée indéterminée.

La Hongrie doit faire face aux défis posés par la guerre en Ukraine, un défi sécuritaire et économique. C'est ainsi que Viktor Orbán a justifié le nouvel état d'urgence :

Cette guerre est une menace permanente sur notre sécurité. La Hongrie doit rester en dehors de cette guerre et protéger la sécurité financière de ses familles. Il nous faut donc une plus grande marge de manœuvre.

Des pleins pouvoirs, pourquoi faire ? Le Premier ministre hongrois a donné peu de précisions. Mais il a indiqué que des mesures concrètes seraient bientôt annoncées :

Le gouvernement pourra réagir rapidement pour protéger les familles hongroises, comme nous l'avons fait pendant l'état d'urgence sanitaire.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles