Hongkong : l’isolement surréaliste des « ex-covidés »

·1 min de lecture
Un garde se tient devant un centre de traitement communautaire anti Covid-19 de Hongkong.
Un garde se tient devant un centre de traitement communautaire anti Covid-19 de Hongkong.

À Hongkong, territoire de 7,5 millions d?habitants, seulement 12 000 cas de Covid-19 ont été recensés. Ce seuil particulièrement bas traduit la sévère stratégie « zéro Covid » des autorités locales, au prix d?une politique draconienne d?isolement des malades, des cas contacts? et même des personnes désormais négatives et non contagieuses. Comme le relate Le Monde, un nouvel espace de quarantaine a été inauguré dimanche 2 janvier au sein du centre d?exposition Asia World Expo.

Objectif : enfermer et surveiller les « ex-covidés » dans un vaste dortoir public collectif. D?après cette enquête du Monde, une cinquantaine d?anciens contaminés au Covid-19 sont parqués dans ce lieu clos et froid, d?une superficie équivalente à deux terrains de football, où règne une désagréable promiscuité. L?enfermement et l?absence d?intimité s?accompagnent d?une surveillance stricte et incompréhensible pour les principaux concernés, privés de leurs libertés (ni accès à l?extérieur ni autorisation de se faire livrer de la nourriture). Pour pouvoir (enfin) rentrer chez soi, la charge virale des confinés doit être extrêmement faible.

À LIRE AUSSI L?ordre règne à Hongkong

Un faible taux de vaccination

Selon nos confrères du Monde, la durée d?isolement contraint peut durer plusieurs semaines. Pour autant, l?essentiel des personnes atteintes sur le territoire viennent de l?extérieur des frontières et avaient donc déjà été placées à l?isolement à l?hôtel et/ou à l?hôpital dès leur arrivée [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles