Hong Kong: la légitimité des arrestations de militants pro-démocratie discutée au sein du camp pro-Pékin

·2 min de lecture

Après les virulentes condamnations émanant tant des États-Unis que de l’Europe et du Royaume-Uni, suite au vaste coup de filet qui a visé 53 figures de l'opposition pro-démocratie hongkongaise, la légitimité de ces arrestations est discutée même au sein du camp pro-Pékin alors que la presse locale a annoncé la libération imminente et sans inculpation de la plupart des personnes interpellées.

Avec notre correspondante à Hong Kong,Florence de Changy

À l’exception de deux cas particuliers, l’avocat américain spécialiste des droits de l’homme, John Clancey, qui a été libéré à minuit le mercredi 6 janvier, et l’ancien député Au Nok Hin, qui n’a pas été placé en garde à vue car il était en quarantaine sanitaire, la cinquantaine de membres du camp pro-démocratie interpellés tôt mercredi étaient toujours en garde à vue jeudi dans la soirée. Et cela même si leur libération, a priori sans inculpation, a été annoncée par plusieurs médias locaux.

« Subversion »

Par ailleurs, Joshua Wong et Tam Tak Chi, deux autres personnalités politiques, déjà incarcérés, ont eux aussi été à nouveau interpellés pour « subversion » par la police dans le cadre de la même opération liée aux primaires de juillet 2020. La police les a interrogé en prison.

But diabolique

Mais pour Michael Tien, député du parti libéral, un parti pro-Pékin, l’article 22 de la loi de sécurité nationale indique que la subversion doit avoir lieu de manière violente et illégale, ce qui n’a rien à voir avec la tenue de primaires. « Donc cela pose, dit-il, la question depuis quand est-ce que tenir des primaires est illégal car, franchement, dans notre histoire, on a déjà eu des primaires, même le camp pro-pékin a déjà eu des primaires, n’est ce pas ? » Mais pour Pékin qui s’est félicité du coup de filet de mercredi, ces primaires avaient un but diabolique.

À lire aussi : Hong Kong: Pékin intensifie sa répression avec un vaste coup de filet contre l'opposition