Hong Kong: un étudiant décède après une chute au cours d'émeutes

Les manifestants ont appelé à des veillées funèbres vendredi dans tout le territoire, après la mort d'un étudiant tombé lors d'affrontements entre la police et les manifestants.

Alex Chow, 22 ans, avait été retrouvé inconscient dans une flaque de sang à l’intérieur d’un parking à étages lundi à l’issue d’une nuit d’émeutes dans la cité dortoir de Tseung Kwan O, à l’est de Hong Kong.

Gaz lacrymogène

Les circonstances de la chute de cet étudiant qui participait au mouvement pro-démocratie restent floues et controversées. Les manifestants affirment que la victime est tombée après être montée sur le parapet d'un des étages du parking afin d'échapper aux gaz lacrymogènes tirés à l'intérieur du bâtiment. De leur côté, les responsables policiers reconnaissent avoir fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants à proximité du parking, mais affirment que lorsqu’il a été retrouvé, il y avait peu de gaz dans l'atmosphère.

Les pompiers avaient de leur côté indiqué mercredi que leur accès au blessé avait été retardé, sans accuser directement la police mais en pointant tout de même un problème anormal en cas d’urgences. 

À lire aussi : Crise à Hong Kong: tout est parti d’un simple fait divers

La mort de l’étudiant en informatique a été officiellement constatée ce vendredi matin, à l’hôpital Queen Elizabeth. Le directeur de l'Université des sciences et technologies, où il était inscrit, a interrompu la journée pour annoncer la mort du jeune homme et appeler à observer une minute de silence. Quelques heures après cette annonce, différents forums en ligne coordonnant le mouvement de protestation sans véritable leader ont invité la population à venir avec des bougies participer vendredi soir à des veillées pour rendre hommage à l'étudiant.

Multiplication des violences

Hong Kong est en proie à un mouvement de contestation qui dure depuis juin. Des manifestations et des actions ont lieu presque chaque jour pour dénoncer, notamment, le recul des libertés et les ingérences grandissantes de la Chine dans les affaires de cette région semi-autonome.

Mais depuis une semaine, les actes violents se sont multipliés. Samedi, les forces de l'ordre et les manifestants ont bataillé des heures durant, après que des milliers de personnes furent descendues dans la rue pour un défilé non autorisé. Le lendemain, une attaque au couteau avait fait cinq blessés, dont un responsable politique local pro-démocratie qui a eu l'oreille coupée. Mercredi, c’est un homme politique hongkongais pro-Pékin, Junius Ho, qui a été blessé lors d'une attaque au couteau. Et la mort de cet étudiant pourrait encore aggraver les tensions dans l'ex-colonie britannique.

(avec AFP)