Du vandalisme homophobe à Metz dans un lieu nommé en hommage à des activistes LGBT

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Des stickers homophobes ont été collés à Metz en marge de l'inauguration de jardins nommés en hommage à des militants de la cause LGBT.  (Photo: Capture d'écran Twitter)
Des stickers homophobes ont été collés à Metz en marge de l'inauguration de jardins nommés en hommage à des militants de la cause LGBT. (Photo: Capture d'écran Twitter)

HOMOPHOBIE - “Jardin du Sida”, caricatures immondes et “adorateurs du marxisme”. Ce mercredi 19 février, des militants associatifs LGBT et des personnalités politiques ont déploré sur les réseaux sociaux la présence d’un affichage homophobe dans des jardins de Metz, en Moselle.

Cet espace, qui doit être inauguré à 17h30 ce mercredi, porte les noms de Marsha P. Johnson et Sylvia Rivera, deux activistes majeures de la lutte pour l’égalité des personnes LGBT.

Toutes deux femmes transgenres, elles ont participé en 1969 aux ”émeutes de Stonewall”, une date importante dans l’histoire de la lutte contre l’homophobie. Au mois de juin de cette année-là, à New York, des révoltes spontanées eurent lieu à la suite d’un raid de la police contre un bar fréquenté par la communauté LGBT, signe selon les militants de la répression étatique contre leur cause.

Sur les stickers collés dans les jardins, en plus des fautes d’orthographe, les opposants à la dénomination du lieu s’en prennent notamment à “la mairie socialiste” qui dédie cet espace “aux adorateurs du marxisme et aux pratiquants du sexe anal”. Sur d’autres collages, on peut lire: “Broutage de gazon entre mondialistes cosmopolites et l’électorat du lobby de l’amour anal” ou encore “Travelos militants homosexuels et prostitués qui servent de models (sic) aux LGBTismes et aux progressistes de gauche.”

Plusieurs caricatures multipliant les codes et références homophobes ont également été pris en photo.

Une action qui a mobilisé contre elle de nombreuses associations et porte-parole de la communauté LGBT. Aurélien Beaucamp, président de l’ONG Aides qui lutte contre le Sida, a notamment tweeté: “C’est à cause de ces actes discriminatoires et haines envers nos communautés que le VIH continue à se répandre!” Et d’ajouter: “Inauguration ce soir du lieu avec les élus de la ville: pas de peur, encore plus combatifs!”

Du côté de l’organisation locale Couleurs Gaies, on déplorait simplement cette découverte avec “consternation”. Elle a fait savoir, comme le rapporte l’antenne de France 3, qu’elle laisserait les affichages de manière à montrer la réalité de l’homophobie en France en 2020.

La ville de Metz a fait savoir qu’une plainte allait être déposée.

Comme le souligne le quotidien local Le Républicain Lorrain, la ville est en proie à une recrudescence des collages haineux ces dernières semaines, souvent en lien avec des événements de la communauté LGBT comme cette inauguration. ”Il s’agit très certainement d’un individu isolé. Mais cela démontre qu’il y a encore du travail”, a insisté dans les colonnes du journal Matthieu Gatipon-Bachette, président de Couleurs Gaies.

À voir également sur le HuffPost: Des jeunes saccagent un stand LGBT à La Roche-sur-Yon

LIRE AUSSI:

Agnès Cerighelli condamnée pour des injures homophobes

Koba laD déprogrammé de plusieurs festivals après une sortie homophobe

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles