Homonymie. Un “Jo Bai-den” japonais star malgré lui des réseaux sociaux

Asahi Shimbun (Tokyo)
·2 min de lecture

Dans l’archipel nippon, qui comme un peu partout à travers le monde retient son souffle dans l’attente des résultats des élections américaines, le maire d’une petite commune a acquis en quelques jours une notoriété inattendue. La raison ? Son nom peut se prononcer comme celui du probable futur locataire de la Maison-Blanche.

Qui aurait pu croire que Yutaka Umeda, maire d’un village du département de Kumamoto, dans le sud du Japon, accède à une soudaine notoriété grâce au probable futur président des États-Unis ? Depuis quelques jours, l’édile, connu désormais comme le “Joe Biden japonais” est au cœur d’une profusion de posts (souvent amusés) sur les réseaux sociaux.

L’explication est à chercher du côté des particularités de la langue japonaise. Ou plus précisément des idéogrammes “kanji” qui peuvent se lire de différentes façons. Le maire se nomme donc Yutaka Umeda (穣 梅田). Mais les caractères de son nom de famille 梅田 peuvent se lire aussi “Bai-den” et celui de son prénom 穣 “Jo”. Il n’en fallait pas moins pour que certains Japonais s’amusent à l’appeler le “Jo(e) Biden du Japon” sur Twitter.

“Des internautes ont réagi à cette étonnante trouvaille en lançant des tweets comme : ‘Comment est-ce possible ?’, ‘Quelle drôle coïncidence !’ et même ‘Vive le président !’”, rapporte sur un ton amusé le journal Asahi Shimbun qui a consacré un article au sujet.

Selon le secrétariat du village Yamato dirigé par Umeda, interrogé par le journal, l’intéressé a appris qu’il faisait l’objet de cet engouement par un membre de sa famille. “Cette histoire m’a complètement pris de court et me rend un peu perplexe, même si je sens que cela pourrait créer un lien entre nous. Entre le candidat à l’élection américaine et moi […], nous avons certes des fonctions très différentes, mais je suppose que nous partageons la même passion pour la politique. Pour le bien-être des habitants du village, je continue à faire tout mon possible”, a-t-il commenté dans le journal.

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :