Si nos hommes politiques sont manipulateurs, c'est de notre faute - BLOG

Christel Petitcollin
Georges Frèche* un rien provocateur, reconnaissait avec bonhommie

À l’heure où l’on s’interroge sur la santé mentale de certains dirigeants de la planète et où l’on est de plus en plus mécontent de ceux que nous avons nous-mêmes portés au pouvoir, il serait peut-être temps de revoir les critères sur lesquels nous élisons nos politiques et de se poser les bonnes questions avant la prochaine élection. Quelles qualités doit posséder un “bon” dirigeant? Et un bon candidat électoral fera-t-il par la suite un bon homme politique?

Nos critères de choix actuels sont consternants:

L’électeur aime les candidats plein d’assurance

L’électeur sélectionnera spontanément un candidat sûr de lui, qui a réponse à tout et qui prétend avec assurance avoir des solutions à tous les problèmes. Dans un contexte non électoral, peut-être verrions-nous l’arrogance et la stupidité d’une telle attitude, mais ce n’est pas sûr. Des études ont prouvé que nous avons tous tendance à faire confiance aux gens péremptoires. Cela a d’ailleurs été démontré dans les catastrophes collectives: à chaque fois, malgré ses doutes, le groupe a cédé devant l’aplomb de l’un de ses membres. Or, les gens intelligents sont plein de doutes et les imbéciles pleins de certitudes. A bon entendeur…

L’électeur veut que le candidat sache tout sur tout

Le public adore qu’un candidat se fasse piéger par une question anodine. Quoi, il ne connait pas le prix d’un pain au chocolat ou le nombre de sous-marins nucléaires? Quel nul! Quelle naïveté, surtout! Qui, aujourd’hui, à part Wikipédia, pourrait avoir réponse à tout? Eh bien, seul le crétin cité ci-dessus, qui effectivement sait tout sur tout. Quand comprendrons-nous que la meilleure qualité d’un dirigeant est de connaître ses propres limites et de savoir s’entourer de gens compétents?

Le sang-froid du candidat doit être à toute épreuve

L’électeur s’imagine qu’en cas de catastrophe, les gens sensibles s’évanouissent ou font des crises de nerfs. Il veut donc un surhomme qui restera inébranlable dans la tempête. Bon choix! Seul un psychopathe ne...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post