Ces hommes qui se nourrissent uniquement de pâtes, burgers et pizzas

Certains hommes n'ont jamais mangé de légumes lorsqu'ils étaient petits et ne voient pas l'intérêt de le faire aujourd'hui. | Oliver Sjöström via Unsplash

Pourtant adultes, ils ne dépassent jamais le stade du Happy Meal.

Bruce, originaire de Pennsylvanie, est l'opposé parfait d'Alain Passard. Contrairement au chef étoilé, il se targue de n'avoir jamais mangé un seul légume de sa vie. Même quand sa mère assure qu'elle l'a nourri de purée de petits pois lorsqu'il était bébé, il nie. La preuve, il s'étouffe s'il essaie d'avaler des légumes.

Alors Bruce mange du poulet, beaucoup de poulet. Ou des mac and cheese. Ou encore des bagels, des céréales, des pizzas. Et deux fois par semaine, petit plaisir: dix McNuggets et des frites, le tout copieusement arrosé de Coca-cola zéro. Le problème? Bruce a 56 ans et son régime alimentaire est le même depuis qu'il est enfant.

Selon Nancy Rucker, directrice du Duke Center for Eating Disorders, Bruce n'est pas le seul, loin de là, dans ce cas. Elle explique que sur un échantillon de 2.600 personnes se considérant comme des fines bouches, 75% déclarent que leur comportement a commencé dès l'enfance.

Aujourd'hui, lorsque Bruce commande son plat habituel au restaurant, spaghettis et boulettes de viande, il ne panique plus à la vue d'éventuels légumes dans la sauce. Mais il les exclut quand même méthodiquement, par crainte d'infecter le reste de l'assiette. «Je les mets de côté et continue mon repas», raconte-t-il, tout en reconnaissant que c'est «étrange d'avoir 56 ans et d'entasser tous ces trucs sur le bord de l'assiette».

Habitudes enracinées

Normalement, avec l'âge, les gens abandonnent naturellement le régime alimentaire enfantin, indique David Wiss, un diététicien de Los Angeles. «Mais beaucoup de gens sont piégés dans une version d'eux-mêmes vieille de 10 ans et n'atteignent jamais l'âge adulte nutritionnel», poursuit-il.

Selon lui, c'est plus souvent le cas chez les hommes, car «traditionnellement, les femmes ont été les gardiennes de la famille et sont plus susceptibles (...) Lire la suite sur Slate.fr