Nos hommes de l'année 2022

© AFP/Reuters/AFP/AFP

Tom Cruise

À l’époque du tout réchauffé à Hollywood, où rien ne semble produit s’il ne s’agit de suite-remake-reboot, on pouvait craindre le pire avec le retour de «Top Gun». Un classique certes, mais un rien ringard, il faut l’admettre. C’était oublié qui était aux commandes de l’appareil. Littéralement… Tom Cruise nous a offert avec son «Maverick» un pur plaisir de cinéma, un véritable grand huit avec ce qu’il faut de nostalgie. Avec près d’un milliard et demi de recettes dans le monde, le film est le plus gros succès de l’année (et de loin), doublé d’une réussite auprès de la critique. C’est surtout le plus grand témoignage de l’engagement de Tom Cruise pour le cinéma-spectacle au sens le plus noble du terme, celui de l'émerveillement, de l’expérience collective, et du grand écran. Alors oui, le scénario n’est pas bien épais, mais quel plaisir de le voir dans son F16, quelle montée d’adrénaline avec cette mise en scène, ce sens de l’image, du montage, du tempo. Quelle exaltation de voir l’acteur-producteur s’acharner à grands coups de cascades terrifiantes pour faire venir les gens en salle, plutôt que de les abreuver aux robinets à «contenus» qui s'écoulent en streaming. Et quelle impatience de le retrouver l’année prochaine dans le nouvel épisode de la saga «Mission Impossible», pour un nouveau divertissement de haute volée. Clément Mathieu.

Johnny Depp, la résurrection inespérée 


Lire la suite sur ParisMatch