« Hommes blancs non musulmans » : réponse à mon collègue de Sciences Po Grenoble

Vincent Tournier*
·1 min de lecture
Manifestation contre l'islamophobie devant Sciences Po Grenoble le 9 mars 2021.
Manifestation contre l'islamophobie devant Sciences Po Grenoble le 9 mars 2021.

Cette formule « deux hommes blancs non musulmans », je ne l'ai pas inventée : elle est utilisée en toutes lettres sur son compte Twitter par Gilles Bastin, professeur de sociologie à l'IEP de Grenoble, un collègue que je côtoie depuis une quinzaine d'années. La phrase exacte est : « J'ajoute un point vraiment important et qui n'a pas été soulevé jusque-là : le cadre ?liberté d'expression? autorise aussi dans cette affaire deux hommes blancs non musulmans à dire dans l'espace public, sans que rien ne les arrête, que l'islamophobie n'existe pas. »

Gilles Bastin fait ici référence à la controverse interne qui a eu lieu en décembre dernier à l'IEP de Grenoble dans le cadre d'un groupe de travail qui préparait un cycle de débats autour du racisme (la Semaine de l'égalité). « Avec mon collègue Klaus Kinzler, professeur d'allemand, nous nous étions alors vigoureusement opposés à l'utilisation du terme ?islamophobie? dans l'intitulé officiel de cet événement. Nous ne comprenions pas comment on pouvait sérieusement envisager d'utiliser un concept aussi problématique et connoté, surtout dans le contexte de la mort de Samuel Paty et du procès des attentats contre Charlie Hebdo. Mon ami Klaus s'est expliqué longuement sur ce refus, d'abord dans ses messages internes, puis dans les médias ; j'en ai fait de même un peu plus tard à l'occasion d'un entretien dans Le Point. »

À LIRE AUSSISciences Po Grenoble : « Ma colère s'est doublée d'un sentiment d'effroi »

Pourquoi c [...] Lire la suite