Un homme suspecté de trois viols de mineures écroué

" Suspecté d'au moins trois viols de mineures ". Un jeune homme de 22 ans, qui aurait violé au moins trois jeunes filles, dont une adolescente de 14 ans à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), a été mis en examen et écroué dimanche, a indiqué une source judiciaire à l'AFP. Le suspect avait été arrêté jeudi pour vol à l'étalage, puis placé en garde à vue à la Sûreté territoriale à Bobigny, ajoute le site du " Parisien ".

" Pendant son audition, la victime relate qu'ils (le suspect et deux complices) se vantaient d'appartenir à la bande des Candy Shop ", a expliqué cette même source. Cette bande qui tire son nom d'un titre du rappeur new-yorkais 50 Cent se retrouve très souvent sur le Parvis de la Défense ou à la Gare du Nord, explique le site du quotidien. Elle est connue et surveillée par la police. Et c'est gràce à la cellule de veille des phénomènes de bande du ministère de l'Intérieur que les enquêteurs ont identifié le jeune homme et ses deux complices.Viol sous la menace d'un tournevisLe jeune homme de 22 ans est soupçonné d'avoir emmené de force une adolescente sur un terrain vague de Noisy-le-Grand, en juin 2012. Là, il l'aurait violée avec deux autres personnes, " à tour de rôle, sous la menace d'un tournevis ", a expliqué la police. Les deux complices, àgés de 18 et 19 ans, sont également soupçonnés d'avoir violé une jeune fille de 14 ans dans les parties communes d'un immeuble de la cité Pablo Neruda de Noisy-le-Grand, le 9 juin dernier. En novembre, ils ont été arrêtés et incarcérés.

Le suspect, mis en examen dimanche, était quant à lui en fuite. Des traces ADN, retrouvées " sur un mouchoir abandonné après le viol d'une jeune femme de 17 ans, fin juillet 2012, " dans un bois à proximité de la gare du RER " de Noisy-le-Grand, ont permis de l'identifier, a enfin expliqué une source policière.

Retrouvez cet article sur elle.fr

Oise : 2 hommes mis en examen pour le viol d'une fillette
Lyon : une adolescente victime d'un viol collectif
Une adolescente victime d'une tournante dans l'Oise
>> Voir toutes les news Societe sur le site Elle.fr

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.