Un homme soupçonné de 160 agressions sexuelles en Allemagne arrêté en Alsace

Justine Chevalier
·2 min de lecture
L'homme a été interpellé par la police judiciaire de Strasbourg (image d'illustration) - AFP
L'homme a été interpellé par la police judiciaire de Strasbourg (image d'illustration) - AFP

Des mots des policiers, Cosimo C. est considéré comme un possible prédateur sexuel. Cet homme de 52 ans a été interpellé la semaine dernière en France alors qu'il est soupçonné de 160 agressions sexuelles et de viols de l'autre côté de la frontière, en Allemagne.

Cosimo C., de nationalité italienne, était recherché depuis quelques jours en Allemagne dans le cadre d'enquêtes regroupant 160 faits d'agressions sexuelles et de viols qui auraient été commis entre 2000 et 2014, dans la sphère familiale. L'homme, aujourd'hui âgé de 52 ans, est soupçonné d'avoir violé sa petite fille, née en 2000. Il est également accusé d'avoir abusé des trois filles de sa maîtresse, mais aussi d'enfants de ses proches.

Interpellé dans le Haut-Rhin

Le 7 octobre dernier, la police allemande contacte ses homologues français via Enfast, European Network of Fugitive Active Search Teams, un réseau d'alerte des polices européennes auquel participe la Brigade nationale de recherche des fugitifs. Les enquêteurs allemands savent alors que l'Italien a franchi avec son véhicule la frontière. Ils fournissent également à la police judiciaire et à la BRI de Strasbourg des adresses pouvant servir de point de chute au fugitif, notamment en Allemagne.

Une surveillance est mise en place et le 16 octobre, le véhicule du suspect est repéré à Rumersheim-le-Haut, à l'Est de Mulhouse, dans le Haut-Rhin, tout près de la frontière avec l'Allemagne. Si les plaques ont été modifiées pour y installer des plaques d'immatriculation française, reste que l'Italien circule avec un véhicule, un combivan, facilement identifiable. Cosimo C. est interpellé le jour-même lorsqu'il sort d'un logement.

Le suspect a été placé dans un premier temps en rétention judiciaire par les policiers Un juge lui a ensuite notifié le mandat d'arrêt européen délivré à son encontre. Il a été écroué à la maison d'arrêt de Colmar, dans l'attente d'être remis, dans un délai de 40 jours, aux autorités allemandes.

Article original publié sur BFMTV.com