Un homme qui s'était filmé en train de voler du matériel de pompiers condamné à un stage de citoyenneté

·2 min de lecture
Un camion de pompiers (photo d'illustration) - LOIC VENANCE / AFP
Un camion de pompiers (photo d'illustration) - LOIC VENANCE / AFP

Un homme a écopé d'un stage de citoyenneté après avoir volé du matériel de pompiers dans le Val-de-Marne, a appris BFMTV de source policière.

Vendredi 1er octobre, l'homme était aperçu en train de se filmer dans un camion de pompiers, à Ablon-sur-Seine. Il diffuse dans la foulée la séquence sur les réseaux sociaux et prend une sacoche dans le véhicule d'intervention.

Il restitue la sacoche volée un peu plus tard, mais la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris décide de porter plainte.

Une autre vidéo où il menace des forces de l'ordre

Le lendemain, le 2 octobre, il se rend de lui-même au commissariat de Juvisy-sur-Orge (Essonne), se disant inquiet des suites judiciaires de son action commise la veille.

Dans le même temps, le parquet d'Évry recoit un signalement de la plateforme Pharos qui rapporte une vidéo datant de juin 2021, dans laquelle le jeune homme se filme en train de menacer des policiers, tout en déclarant "Allah Akbar".

Il est alors interpellé et placé en garde à vue pour apologie du terrorisme et menaces sur personnes dépositaires de l'autorité publique. Du côté de l'enquête, les policiers effectuent des perquisitions, notamment au domicile de la grand-mère du jeune homme, chez qui il a ses habitudes. Au cours de celles-ci, ils ne trouvent pas le moindre signe de radicalisation ni d'éléments indiquant des menaces sur les forces de l'ordre.

Un syndicat de policiers surpris de la sanction

En garde à vue, le jeune homme reconnaît les faits devant les forces de l'ordre et dit regretter son geste. Selon une source proche du dossier, il explique alors avoir simplement voulu faire rire sa communauté sur les réseaux sociaux et prétend que ses vidéos avaient pour seul but d'être drôles.

Le jeune homme n'ayant pas de casier judiciaire et étant inconnu des services de police, le juge au regard de ces éléments décide de prononcer un rappel à la loi et de confisquer son téléphone. Le jeune homme est également convoqué le 4 novembre prochain pour se voir notifier les conditions de sa participation à un stage de citoyenneté. Une décision qui a surpris le SCPN, le syndicat des commissaires de la police nationale.

"On ne la commente pas non plus, mais on questionne: un stage de citoyenneté (si c’est bien cette décision qui a été prise) est-il adapté en réponse à ces délits de vol, menaces, apologie du terrorisme, contre les pompiers et policiers?", s'interroge le syndicat sur Twitter.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles