À Metz, un homme radicalisé neutralisé après avoir voulu agresser des policiers

Le HuffPost avec AFP
La police a dû ouvrir le feu pour neutraliser un homme menaçant et hurlant

SÉCURITÉ - Deux jours après l’attaque de Villejuif, un nouveau drame a peut-être été évité ce dimanche 5 janvier. Selon les informations de plusieurs médias, dont BFMTV et Actu17, les forces de l’ordre ont dû faire usage de leur arme à Metz pour interpeller un homme qui les menaçait d’un couteau de cuisine. 

Comme l’ont rapporté des sources policières à nos confrères, en milieu de journée ce dimanche, l’homme arpentait le boulevard de Guyenne, l’une des principales rues du centre-ville de la préfecture de Moselle. Vociférant et hurlant des “Allahu Akbar”, il aurait intimidé plusieurs passant, provoquant l’intervention de la police. 

À l’arrivée des fonctionnaires, il se serait alors rué sur eux, contraignant l’un des policiers à ouvrir le feu pour le neutraliser. D’après BFMTV, l’homme aurait été blessé à la cuisse dans l’affaire, avant d’être interpellé. “Il est blessé, son pronostic vital n’est pas engagé”, a indiqué à l’Agence France presse une source policière. Il n’y aurait aucun autre blessé à déplorer et l’homme a été placé en garde à vue en milieu hospitalier. 

Fiché S pour radicalisation

Comme l’explique Actu17, l’homme de 30 ans (ou 28 selon les sources) était bien connu des forces de l’ordre puisqu’il était surveillé pour radicalisation. Il faisait l’objet d’une fiche S (pour sûreté de l’État). Des informations que le procureur de la République de Metz a confirmées en début d’après-midi. 

D’après les témoignages recueillis sur place par Le Républicain Lorrain, l’homme serait “psychologiquement fragile”. Le procureur a précisé qu’il était effectivement connu pour “des troubles de la personnalité”.  

 Dans un message publié sur Twitter, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a “salué l’action rapidement de la police nationale, intervenue pour appréhender le mis en cause”. Il a ajouté suivre de près l’évolution de la situation, en lien avec le préfet de Moselle. 

Retrouvez cet article sur le Huffington Post