Un homme en phase terminale avoue un meurtre vieux de 25 ans

·2 min de lecture

Johnny Dwight Whited, un homme malade en phase terminale, vient d’avouer un meurtre datant de 1995.

Johnny Dwight Whited, un homme malade en phase terminale, vient d’avouer un meurtre datant de 1995.

Lorsque la police de l’Alabama a été contactée par Johnny Dwight Whited, elle ne savait pas à quoi s’attendre. Un agent a reçu un coup de téléphone en début de semaine de cet homme qui souhaitait avouer un meurtre non résolu vieux de 25 ans. «Il a juste immédiatement dit : "Hey, je veux avouer un meurtre que j’ai commis il y a des années. J’ai tiré et tué quelqu’un"», a expliqué au site Oxygen.com le policier Sean Mukaddam. Au départ, ce dernier n’a pas spécialement pris au sérieux cette confession, notamment parce que la personne au bout du fil disait ne pas se souvenir de la date exacte du crime. Mais en parlant avec lui, il a pu obtenir de nombreux détails sur ce jour-là, notamment sur l’endroit où le meurtre a eu lieu mais également des informations basiques sur la victime décrite comme un homme blanc.

Pour vérifier les dires de cet homme, les agents ont donc fait un tableau de tous les homicides datant de cette époque et ont fini par identifier la victime comme étant un certain Christopher Alvin Daily, tué par balle le 26 avril 1995, ont annoncé les autorités dans un communiqué. Une fois l’identité découverte, Johnny Dwight Whited a accepté de retourner sur les lieux du crime mercredi avec la police. «Nous sommes allés dans une zone boisée et il a rejoué le crime en nous montrant où les voitures s’étaient garées à l’époque et ce qui s’est passé», explique Sean Mukaddam.

"Il a dit qu’il était désolé et qu’il aurait aimé que ça n’arrive jamais"

Les enquêteurs ont travaillé sur cette affaire durant des années sans jamais trouver de suspect. Johnny Dwight Whited a été arrêté et inculpé pour meurtre. Sa caution a été fixé à 15 000 dollars. Le mobile du crime n’a pas été révélé. Les autorités ont simplement expliqué(...)

Lire la suite sur Paris Match

Ce contenu peut également vous intéresser :