Un homme mis en examen en Guyane pour le meurtre de sa compagne

·2 min de lecture

La victime avait été retrouvée sans vie sur les berges d'une crique à Cacao à une cinquantaine de kilomètres de Cayenne, le 15 mai 2020. L’autopsie a montré que la victime était enceinte "de 6 à 8 semaines".

Un homme de 34 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire vendredi soir en Guyane (samedi à Paris) pour "meurtre aggravé par concubin" en 2020 sur sa compagne, une Brésilienne de 23 ans. Le suspect a été interpellé le 31 mai à son domicile à Antibes (Alpes-Maritimes) par la section de recherche de Cayenne, puis transféré en Guyane vendredi, a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Cayenne, Samuel Finielz.

La victime avait été retrouvée sans vie sur les berges d'une crique à Cacao à une cinquantaine de kilomètres de Cayenne, le 15 mai 2020. Les médecins légistes avaient émis l'hypothèse d'une mort par asphyxie. En garde à vue à Marseille, l'homme "a argué de crises de jalousie répétées de sa compagne. Il avance qu’au cours d’une dispute le 14 mai 2020 dans l'après-midi à leur domicile à Cayenne, elle se serait saisie d’un couteau. 

Il l'aurait désarmée avant de lui mettre la main sur la bouche, selon lui, pour l’empêcher de crier", a relaté le procureur vendredi soir lors d'un point presse. Puis "elle est tombée, il dit s'être rendu compte qu'elle avait cessé de respirer." Il dit avoir ensuite mis le corps dans un sac, transporté le cadavre à Cacao dans son véhicule. Il aurait voulu brûler le corps avant de se raviser, éteignant rapidement le départ du feu. L’autopsie a montré que la victime était enceinte "de 6 à 8 semaines", sans qu’il soit possible de déterminer qui était le père. 

Déjà accusé d'un premier crime similaire, l'un de ses avocats était alors Eric Dupond Moretti

Le suspect avait fait l'objet d'une ordonnance de mise en accusation devant les assises de Cayenne en mai 2015 pour le meurtre, en 2006, d'une jeune femme brésilienne retrouvée morte par asphyxie en Guyane et dont le corps(...)

Lire la suite sur Paris Match

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles