Homme asphyxié dans une voiture de police au Brésil: Jair Bolsonaro veut "la justice, sans plus"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Jair Bolsonaro, lors d'une conférence de presse à Recife, dans le nord-est du Brésil, le 30 mai 2022. -
Jair Bolsonaro, lors d'une conférence de presse à Recife, dans le nord-est du Brésil, le 30 mai 2022. -

Le président Jair Bolsonaro a réclamé ce lundi "la justice, sans plus", pour les policiers impliqués dans la mort d'un homme par asphyxie, dans un coffre de voiture, un fait divers qui a révulsé les Brésiliens.

"La justice va être rendue dans cette affaire, c'est certain, nous le souhaitons tous", a déclaré le chef d'Etat d'extrême droite, lors d'une conférence de presse à Recife (nord-est), où il s'est déplacé après des inondations ayant fait au moins 91 morts.

Mais la justice sera rendue "sans plus, et sans la pression des médias, qui se rangent toujours du même côté, celui des délinquants", a-t-il asséné.

"Travail exceptionnel" des policiers

Genivaldo de Jesús Santos, un homme de 38 ans, est mort asphyxié après avoir été placé dans le coffre d'une voiture de police d'où émanait une épaisse fumée, dans l'État de Sergipe (nord-est).

Tout en "regrettant ce qui est arrivé", Jair Bolsonaro a loué "le travail exceptionnel" de la Police fédérale des routes (PFR), dont plusieurs hommes sont impliqués dans le drame.

La vidéo d'un témoin ayant filmé la scène est devenue virale. Les images montrent deux agents de la PRF casqués tenter de refermer le coffre d'une voiture sur un homme dont les jambes dépassent. Du coffre s'échappe une fumée qui pourrait provenir d'une bombe lacrymogène.

L'homme remue les jambes pendant environ une minute, puis devient immobile. Les agents replient alors ses jambes et ferment le coffre. L'homme a ensuite été transféré à l'hôpital, où le décès a été constaté.

Ouverture d'une procédure disciplinaire

La PRF avait expliqué la semaine dernière avoir utilisé des "techniques d'immobilisation et des instruments à bas potentiel offensif" face à "l'agressivité" de cet homme après un contrôle routier de routine. L'homme souffrait apparemment de schizophrénie.

La PRF a dit "regretter les faits" et a annoncé "l'ouverture d'une procédure disciplinaire" contre ses agents impliqués, qui ont été suspendus.

L'organisation de défense des droits humains, Human Rights Watching (HRW), avait fait part de sa "consternation" et demandé à la justice d'enquêter non seulement sur les circonstances de la mort de Genivaldo de Jesús Santos, mais aussi d'évaluer les formations et les protocoles d'intervention de la PRF en ce qui concerne les personnes présentant des troubles mentaux ou psychologiques.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles