Un homme accusé d'avoir tué une mère de famille rom écroué pour "meurtre" en Haute-Savoie

La procureure Line Bonnet en conférence de presse, le 10 juin 2023 à Annecy (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK)
La procureure Line Bonnet en conférence de presse, le 10 juin 2023 à Annecy (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK)

Un homme de 26 ans accusé d'avoir tué une mère de famille rom en février a été mis en examen et écroué pour "meurtre et tentative de meurtre commis en raison de la race, l'ethnie, la nation ou la religion", a annoncé samedi la procureure d'Annecy.

Le suspect "a reconnu être l'auteur des tirs visant la famille" installée sur un terrain à Chênex, en Haute-Savoie, "tout en contestant avoir délibérément touché la victime", une femme de 40 ans, enceinte, sortie voir les dégâts après "plusieurs tirs d'arme à feu" sur son mobile-home, le 22 février, indique la procureure Line Bonnet dans un communiqué.

Un second homme, âgé de 30 ans et mis en examen pour les mêmes faits, a reconnu "avoir déposé le tireur avec son fusil sur le lieu du crime" et l'avoir récupéré ensuite. Les deux hommes, ont également reconnu avoir tiré des coups de feu deux jours plus tôt, le 20 février, sur plusieurs caravanes d'un autre camp des gens du voyage à Viry, à quelques kilomètres de là. Il n'y avait pas eu de blessés, selon le parquet d'Annecy.

Tous deux ont été placés en détention provisoire vendredi, selon la même source.

Selon les témoignages du mari et des deux filles de la victime, âgées de 13 et 14 ans, le mobile-home familial a été "la cible de plusieurs tirs d'arme à feu dont au moins un avait touché une bouteille de gaz située à l'extérieur".

Des impacts de balles ont été retrouvés sur la bouteille de gaz et le mobile-home, ainsi que "plusieurs étuis de cartouches dans la forêt à une centaine de mètres du mobile-home".

Les "importantes investigations" ont mis en évidence "la possible participation de plusieurs individus originaires de Haute-Savoie", précise le communiqué.

Après plus de trois mois d'enquête, une "importante opération judiciaire" a débouché mardi sur l'interpellation de cinq personnes placées en garde à vue pour meurtre et tentative de meurtre en bande organisée, et pour "non dénonciation de crime", selon la même source.

La carabine "utilisée pour tirer" sur la victime a été retrouvée lors de perquisitions.

Les deux suspects poursuivis pour les tirs mortels sont des chasseurs, selon le quotidien le Dauphiné Libéré.

mla/sof/tes