Hommage à Stéphanie Monfermé: Le message politique de Castex

Anthony Berthelier
·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
Hommage à Stéphanie Monfermé: Le message politique de Castex
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

POLITIQUE - “Elle représentait une certaine façon de vivre la France.” Jean Castex a salué, ce vendredi 30 avril, la mémoire de Stéphanie Monfermé, la fonctionnaire de police assassinée par un islamiste radicalisé une semaine auparavant dans les locaux du commissariat de Rambouillet, dans les Yvelines.

Le Premier ministre, qui présidait une cérémonie d’hommage national pour la mère de famille de 49 ans, a parlé, avec émotion, d’une femme “dotée d’un caractère heureux et serviable”, appréciée de beaucoup, “qui avait l’habitude de venir prendre son poste avec des gâteaux qu’elle confectionnait elle-même ou avec son mari dont c’est le métier.”

Mais le chef du gouvernement ne s’est pas limité à dresser un portrait élogieux. Derrière cet hommage d’une quinzaine de minutes s’est glissé un message d’intransigeance affichée, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de l’article, alors que dix-sept actions terroristes ont été commises à l’encontre des forces de l’ordre en France depuis 2014.

“Refus catégorique du communautarisme”

Citant le poète Aragon, Jean Castex a ainsi expliqué que “ce matin, nos sanglots forment un même glas.” “Toute mort est une mort de trop car toute attaque contre la République est une blessure inacceptable pour la communauté nationale”, a-t-il affirmé en évoquant “l’immense effroi dans lequel nous a plongé l’ignoble crime de Rambouillet.”

Un drame qui justifie, à ses yeux, les différentes actions et politiques menées par son gouvernement, à l’he...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.