Samuel Paty : l’homme qui a menacé un collège sera jugé en janvier

·1 min de lecture
Une centaine d'incidents lors de l'hommage à Samuel Paty ont été recensés par le ministère de l'Éducation nationale.
Une centaine d'incidents lors de l'hommage à Samuel Paty ont été recensés par le ministère de l'Éducation nationale.

Quelques incidents ont émaillé les journées d?hommage à Samuel Paty. Un homme a notamment été placé en garde à vue lundi 18 octobre pour avoir menacé de mort le personnel d?un collège de Valence, où son fils avait écopé d?un avertissement après avoir crié « Allah akbar » lors de la minute de silence organisée dans l?établissement. Selon de récentes informations, communiquées par le parquet de Valence mercredi 20 octobre, cet homme de 43 ans, qui exerce la profession d?agent de sécurité, sera jugé le 20 janvier prochain. Cet individu, installé à Valence et de nationalité française, sera d?ici là placé sous contrôle judiciaire, à l?issue de sa présentation au juge des libertés et des détentions mercredi après-midi, précise le parquet via un communiqué.

Pour rappel, le parquet avait requis sa comparution immédiate et son placement en détention provisoire. Son expertise psychiatrique n?ayant révélé « aucune pathologie psychiatrique ni de troubles de la personnalité malgré un potentiel impulsif », comme l?avait indiqué plus tôt le parquet de Valence. Par conséquent, « son discernement n?étant ni aboli ni altéré au moment des faits, il est totalement responsable de ses actes ». Placé en garde à vue lundi, « il n?a pas contesté la totalité des faits, notamment qu?il s?en était pris verbalement au personnel éducatif et qu?il allait mettre le feu à l?établissement, mais les a minimisés en évoquant sa colère face à la situation ». Non connu « des services en charge d [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles