Hommage à Samuel Paty : les élèves très impliqués

Lundi 2 novembre, les élèves se sont réunis en silence en hommage au professeur assassiné Samuel Paty, le visage grave. Au-delà du symbole, l’hommage était essentiel selon une lycéenne : "C'est quelque chose quand même de très grave, ce qu'il s'est passé. C'est triste pour la France et pour sa famille". Les élèves peuvent enfin partager leur sentiment. "C'était stressant, et j'ai peur que ça arrive dans ce collège", s'inquiète l'un deux. Visions différentes Cette rentrée, solennelle, était surtout pédagogique. Liberté d'expression, religion, laïcité : après l'émotion, le temps est aux questions. Mais les élèves ont-ils tous la même définition de la liberté d'expression ? Devant un lycée de banlieue parisienne, la question fait débat. "Nous vivons dans un pays libre qui est la France, donc on devrait respecter la liberté d'expression. Mais bien évidemment, en limitant cette liberté d'expression quand ça touche à des milliards de personnes", pense un lycéen. "Si je vois une caricature, c'est offensant, mais je ne vais rien dire", concède une autre. Le ministère de l'Éducation nationale souhaite renforcer l'enseignement moral et civique dès la rentrée prochaine.