En hommage à de Gaulle, les Républicains posent pour une photo de famille post-débat

·2 min de lecture

POLITIQUE - C’est comme ça qu’ils veulent aborder cette élection présidentielle: unis et rassemblés. Loin des démons de l’élection de 2017. Christian Jacob, le chef du parti Les Républicains l’a encore redit ce mardi 9 novembre, à quelques mètres de la tombe du Général de Gaulle, à Colombey-les-Deux-Églises.

Ce pèlerinage, grand classique de la vie politique, est encore plus important et symbolique à l’approche de la présidentielle. Cette année, il prend des allures d’unité parmi différents camps. En particulier à droite, chez ceux qui sont les héritiers historiques du gaullisme.

“C’est comme ça que nous allons gagner”

En pleine compétition interne, au lendemain de leur premier débat télévisé, les cinq candidats à l’investiture LR - Michel Barnier, Xavier Bertrand, Éric Ciotti, Philippe Juvin et Valérie Pécresse - ont ainsi déposé ensemble une gerbe, autour du président du parti qui en a conclu: “la famille de la droite et du centre avance ensemble”.

“C’est comme ça que nous avons gagné les élections municipales, les élections régionales et les élections départementales”, a continué Christian Jacob devant une nuée de journalistes, “et c’est comme ça que nous allons gagner l’élection présidentielle. Nous sommes rassemblés, unis, au moment où les autres se divisent”, a-t-il conclu avant d’attaquer à sa gauche et à sa droite, la République en Marche et le Rassemblement national.

“Pas de message politique”

Malgré le nombre de caméras et la photo de famille très policée, à les entendre on serait loin d’une séquence de communication. Après un premier débat poli, ce rassemblement à Colombey pour la famille politique “n’est pas un moment de campagne”, a souligné Michel Barnier, “mais de recueillement, de fidélité”, à l’image de celui qui était “le contraire d’un politicien”.

Pour le vainqueur remarqué des régionales dans le Nord-Pas-de-Calais, il n’y a pas non plus de “message politique” derrière cette unité. “On est ensemble, c’est tout. C’est bien, non?” a ainsi répondu Xavier Bertrand aux journalistes pour qui “la pensée gaullienne” doit “nous inspirer et nous obliger”.

À voir également sur Le HuffPost: La restitution par la France d’œuvres pillées n’a pas (complètement) emballé le président du Bénin

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles