Homéopathie : les conséquences pratiques du déremboursement

La rédaction d'Allodocteurs.fr
La Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a tranché : l’homéopathie va être progressivement déremboursée, conformément aux recommandations de la Haute Autorité de Santé qui avait conclu à l’"efficacité insuffisante" de ces produits pharmaceutiques. Le Dr Alice Descheneau, nous explique ce que cela va changer pour les consommateurs.

La ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, a suivi l’avis adopté par la commission de la transparence que lui a rendu, le 26 juin, la Haute Autorité de santé. La commission de la transparence a examiné près de trois cents études, ainsi que vingt-neuf contributions, plusieurs d’entre elles émanant de syndicats de médecins homéopathes ou de sociétés savantes et d’associations d’utilisateurs de l’homéopathie. Le taux de remboursement de l'homéopathie passera de 30 % à 15 % en 2020, puis à 0 % au 1er janvier 2021.

Plus d’homéopathie dans les pharmacies ?

Les traitements homéopathiques remboursés vont être délistés, c’est-à-dire sortis de la liste des médicaments sous convention tarifaire avec l’assurance maladie, qui fixe le prix des médicaments. Cela ne signifie pas qu’ils perdent leur AMM : autorisation de mise sur le marché. Ils deviennent une médication officinale, accessible avec ou sans ordonnance, simplement non remboursée par la sécu.

Une augmentation du prix de l'homéopathie ?

Concrètement, aujourd'hui, une boite de médicament homéopathique remboursée et vendue 12,35€ comprend, le prix de vente de l’industrie 10€ ici, la TVA à 2,1% 0,21 € et la marge fixée du pharmacien à 21,4% donc 2,14€. Etant remboursée à 30% par la SS, le patient payait de sa poche 8,65€.

Avec le déremboursement le calcul change. Le prix de base fixé par l’industriel risque d’augmenter de 39%. C’est effectivement l’augmentation enregistrée dans la majorité des cas selon les études de la DREES (Direction de la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi