Homéopathie : la bataille autour du remboursement approche de son terme

LExpress.fr
Une réunion décisive dans le processus lancé voilà plus d'un an, à la demande de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a eu lieu aujourd'hui.

C'était un avis très attendu. La Haute autorité de santé (HAS), chargée de l'évaluation des produits de santé en vue de leur remboursement, a réuni aujourd'hui sa Commission de la Transparence pour statuer sur la prise en charge de l'homéopathie. Selon nos informations, il faut bien s'attendre à un avis qui conduirait à un arrêt de la prise en charge de l'homéopathie, confirmant les éléments parus dans le quotidien Libération ce matin. "Une autre conclusion serait étonnante, décrypte un expert. Pour que la Commission considère qu'un médicament présente un 'service médical rendu suffisant', la première règle est qu'il démontre un effet supérieur au placebo, ce qui est très difficile dans le cas de l'homéopathie". 

LIRE AUSSI >> À quoi sert vraiment l'homéopathie ?  

De son côté, la Haute autorité de santé se refuse à tout commentaire officiel. "La procédure en cours est couverte par la confidentialité jusqu'à ce que l'avis définitif soit rendu. Dans le cas contraire, la décision qui sera prise par la ministre de la Santé au regard de notre avis pourrait être très facilement attaquée devant le Conseil d'État", explique une porte-parole de la HAS. 

L'avis définitif en juin

À ce stade en effet, le texte validé aujourd'hui reste provisoire : il doit encore être transmis aux industriels, qui disposent de dix jours pour dire s'ils le contestent. Dans ce cas, la HAS aura ensuite de 45 jours pour les auditionner, et entendre leurs arguments. Ce qui pourrait toujours déboucher sur un retournement de situation. De tels revirements sont déjà arrivés par le passé, "mais cela paraît très improbable ici", précise un spécialiste.  

En réalité, le sort des granules s'est joué le mois dernier, lors d'une précédente réunion de la commission de la transparence. C'est à cette occasion que les experts de cette instance, des médecins pour la plupart, ont examiné le lourd dossier compilé par les fonctionnaires de la HAS (étude de la littérature scientifique sur le sujet, auditions, contributions de...Lire la suite sur L'Express.fr