Homère, inventeur de l’IA et de ChatGPT ? Découvrez la minute antique

La minute antique, l'actualité au prisme de la sagesse antique avec Christophe Ono-dit-Biot.  - Credit:Alba Platforme Agency/ Le Point
La minute antique, l'actualité au prisme de la sagesse antique avec Christophe Ono-dit-Biot. - Credit:Alba Platforme Agency/ Le Point

Les machines vont-elles prendre le contrôle sur l'être humain ? C'est la question que vous vous posez, à lire les sondages, comme une majorité de Françaises et de Français très inquiets devant les progrès hallucinants de l'intelligence artificielle et le développement, dans tous les corps de métier ou presque, des robots…

Saviez-vous qu'Aristote avait, dès le IIIe siècle avant notre ère, réfléchi à la question ? Et que le philosophe, pourtant pas très humaniste quand il évoquait l'esclavage, voyait dans un développement des machines la possibilité́ d'en finir avec cette pratique infâme ? « Si les navettes des métiers à tisser tissaient toutes seules, écrit Aristote, si l'archet jouait tout seul de la cithare, les entrepreneurs se passeraient d'ouvriers et les maîtres, d'esclaves. »

L'Antiquité, en effet, connaît déjà les robots. L'érudit romain Aulu-Gelle, dans les Nuits attiques, évoque une colombe en bois capable de voler. Un savant, Philon de Byzance, aurait créé au IIIe siècle avant notre ère un humanoïde capable de servir du vin aux invités.

Des assistantes en or

Dans l'Antiquité, on peut même lire des traités sur les robots, comme le Traité des automates écrit par l'inventeur Héron d'Alexandrie au Ier siècle de notre ère. « Automate », c'était en effet le nom antique des robots. « αὐτόματοι », en grec, ça veut dire « qui vont de leur propre mouvement », « qui agissent par eux-mêmes ». On trouve le terme chez Homère, qui nous raconte dans L'Iliade que le [...] Lire la suite