Hollywood - L'irrésistible ascension de Florian Zeller

·2 min de lecture

A 41 ans, Florian Zeller, petit prince du théâtre, pourrait bien devenir l’enfant chéri de Hollywood. En salle depuis le 12 mars aux Etats-Unis, « The Father », son premier film adapté de sa pièce « Le père », a décroché six nominations aux Oscars. Dont celles du meilleur long-métrage, du meilleur scénario et du meilleur acteur.

Six nominations aux Oscars pour son premier film ! On dirait un conte de fées. Pour autant, pas question de rêver. La concurrence fait froid dans le dos : « Nomadland » avec Frances McDormand ; « Mank » de David Fincher avec Gary Oldman ; « Judas and the Black Messiah » qui raconte la vie et la mort d’un héros Black Panther complètement dans l’air du temps de Black Lives Matter ; « Minari » sur une famille américano-coréenne elle aussi parfaitement jumelée à l’actualité ; « Promising Young Woman » avec Carey Mulligan ; « Sound of Metal » sur l’histoire d’un musicien rock devenu sourd ; « Les sept de Chicago » avec Sacha Baron Cohen. C’en est presque décourageant. Il faudrait un miracle. Ça arrive. « The Artist », l’unique Oscar français du meilleur film, était un pastiche de film muet en noir et blanc. De notre part, les Américains s’attendent à tout. Avec « The Father », ils sont servis : un vieux monsieur atteint d’Alzheimer qui ne sort pas de chez lui. Ce serait un vrai coup de théâtre. Bonne pioche : c’est le domaine de Florian Zeller.

Lire aussi:Marine Delterme et Florian Zeller: le rêve américain

L’an dernier, en mars, quand le confinement s’est abattu sur toutes les scènes du monde, on jouait une de ses pièces dans une quarantaine de villes sur terre. Et cette semaine, alors qu’acteurs et metteurs en scène français continuent, désespérés, de ronger leur frein, il y a des représentations de Zeller en Chine, au Japon, à Singapour, à Taïwan, en Australie et en Nouvelle-Zélande. En cherchant bien, on en trouverait en Malaisie ou en Indonésie. C’est simple : ses deux agents, l’une à Paris, l’autre à New York, ont littéralement quadrillé la planète. Zeller est né sous une bonne étoile.

Beau, bien élevé, cultivé,(...)


Lire la suite sur Paris Match