Hollande dénonce le rôle de Bolloré dans la montée de Zemmour en puissance

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Hollande estime que Zemmour est le candidat de Bolloré et de son groupe (Photo: Sarah Meyssonnier via Reuters)
Hollande estime que Zemmour est le candidat de Bolloré et de son groupe (Photo: Sarah Meyssonnier via Reuters)

POLITIQUE - Donald Trump? Jair Bolsonaro? Nigel Farage? Depuis l’émergence, dans les sondages, au moins, du polémiste d’extrême droite Éric Zemmour, à quelques mois de l’élection présidentielle, nombreux sont ceux en France ou à l’étranger à comparer son aventure à celle d’autres populistes aux quatre coins de la planète.

Ce samedi 30 octobre, c’est au tour de l’ancien chef de l’État socialiste François Hollande d’y aller de son analyse. Et pour lui, l’essayiste condamné pour incitation à la haine se rapproche plutôt de Beppe Grillo, cet humoriste italien devenu le chef de file historique du M5S, une formation populiste qui a triomphé en 2016 de l’autre côté des Alpes avant de péricliter depuis.

“Zemmour est présent depuis quelque temps dans l’espace public, comme chroniqueur pour le Figaro et pour certaines émissions. Il fait partie du monde médiatico-politique, il est passé d’un univers à un autre”, raconte-t-il ainsi dans une interview publiée sur le site du quotidien italien Corriere della Sera, ajoutant, dans son analogie: “Beppe Grillo a débuté comme comédien puis est entré en politique.”

“Le groupe Bolloré a choisi Zemmour comme porte-parole”

L’ancien locataire de l’Élysée, qui signe un retour médiatique offensif, voit, malgré tout, plusieurs différences entre l’irruption d’Éric Zemmour dans le débat public, et les autres profils de sa trempe. La première: ses liens avec le groupe Vivendi et son pôle médias Canal +.

“Zemmour est une entreprise, avec des résultats financiers, soutenue par un groupe de médias”, estime ainsi François Hollande, visant implicitement le magnat français Vincent Bolloré, en particulier sa chaîne d’informations Cnews, laquelle a accueilli l’essayiste sur son antenne pendant près de trois ans, presque quotidiennement.

“Trump est passé de la télé-réalité à la Maison Blanche, mais il était le candidat du Parti républicain, tandis que Zemmour est le candidat d’un groupe audiovisuel”, tranche ainsi, sans ambages, le socialiste, avant d’insister: “on reprochait à Silvio Berlusconi de mettre ses télés au service de sa carrière politique, mais maintenant, il y a un groupe privé, celui de Bolloré, qui a choisi Zemmour comme porte-parole de ses intérêts.”

Des accusations qui font écho aux critiques dont Cnews a été l’objet, jeudi, après l’analyse trompeuse d’une enquête d’opinion pour l’élection présidentielle. La Commission des sondages a effectivement relevé plusieurs approximations ou erreurs, dont l’une d’entre-elles était au bénéfice de son ancien pensionnaire.

À voir également sur Le HuffPost: Zemmour met en joue des journalistes avec un fusil, “horrifiant” pour Marlène Schiappa

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles