Hollande : «La démocratie est menacée quand l’invective remplace la perspective»

Libération.fr
Bain de foule de François Hollande à son arrivée à Crolles, samedi.

En déplacement près de Grenoble, le chef de l'Etat a appelé les Français à se rendre aux urnes lors de la présidentielle et défendu son bilan.

Il est venu «parler d’avenir». A cinq semaines du premier tour et sept de son départ de l’Elysée, François Hollande a tenu samedi près de Grenoble un étrange meeting de campagne de non-candidat. Devant 900 personnes, totalement acquises à sa cause qui interrompaient son discours pour l’applaudir,

attaqué le Front national sans jamais le nommer, distribué un paquet de mauvais points à ceux qui aspirent à lui succéder - dont Benoît Hamon et Emmanuel Macron- et défendu son bilan bec et ongles de ses cinq ans à la tête de l’Etat. 

«Souvent ce sont les gens les plus en colère qui ne vont pas voter», s’étonne le chef de l’Etat dans le gymnase de Crolles, près de Grenoble, quelques heures après la publication du casting officiel de la présidentielle de 2017 par le Conseil constitutionnel. «J’ai compris qu’il y avait 11 candidats, il y a donc le choix. Des gens ne vont pas voter quand il y a 11 candidats? Ils attendent peut-être le douzième», feint de s’interroger le président, déclenchant les rires de l’assemblée.

Même mâtiné de bons mots et de petites blagues, son propos est on ne peut plus sérieux: son quinquennat ne peut déboucher sur la victoire de Marine Le Pen. Ce serait l’échec dans l’échec. «La démocratie est en danger quand les débats sont altérés pas le bruit et la brume, quand les impulsions éclipsent la raison. La démocratie est menacée quand l’invective remplace la perspective, quand le tweet remplace le texte», prévient un Hollande solennel. La sortie de l’euro, «ce serait, si je peux me permettre, le village d’Astérix sans la potion magique».

«Il faut voter»

Devant des électeurs de gauche, l’ancien patron des socialistes brandit le souvenir du 21 avril 2002 pour mobiliser. «Il faut voter, il ne faut pas attendre le lendemain pour savoir ce qui s’est passé la veille», prévient-il dans un discours aux allures de (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Mélenchon : «Ceci est une manifestation politique, une insurrection citoyenne»
Du Val-d'Oise à Orly, le parcours «violent, destructeur» et fatal de Ziyed B.
Mélenchon appelle à «l’insurrection citoyenne» par le bulletin de vote
Cambadélis «regrette profondément» le probable soutien de Le Drian à Macron
«Résistance»: les «insoumis» de Mélenchon en marche pour «la VIe République»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages