Jacqueline Sauvage graciée par François Hollande

La mobilisation a porté ses fruits. François Hollande a décidé d'accorder une "remise gracieuse" de peine à Jacqueline Sauvage, condamnée pour le meurtre de son mari violent. Une demande de libération est possible "immédiatement", fait savoir l'Elysée, dimanche soir.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Le président de la République, en application de l'article 17 de la Constitution et après avis du ministre de la justice, a décidé d'accorder à Mme Jacqueline Sauvage une remise gracieuse de sa peine d'emprisonnement de deux ans et quatre mois ainsi que de l'ensemble de la période de sûreté qu'il lui reste à accomplir", a déclaré l'Elysée dans un communiqué.

La gauche salue cette décision

Fabienne, l'une des filles de Jacqueline Sauvage, a confié à Europe 1 qu'elle "ne s'y attendait, pas, ajoutant "avoir du mal à réaliser".

Cette décision a été saluée par une grande partie de la gauche. Le Premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a salué "une bonne nouvelle", Pascale Boistard, la secrétaire d'Etat chargée des Droits des Femmes s'est dise "heureuse de la décision et l'écoute du président", la ministre de l'Education a également salué cette décision.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une immense mobilisation

Vendredi, le président avait reçu à l'Elysée les trois filles de Jacqueline Sauvage, Sylvie, Carole et Fabienne Marot, accompagnées des Maîtres Nathalie Tomasini et Janine Bonaggiunta, les deux avocates de Jacqueline Sauvage.

Depuis le mois de décembre et sa condamnation en appel à 10 ans de prison pour avoir abattu son mari ultra violent, Jacqueline Sauvage bénéficie d'un large soutien dans l'opinion publique. Une pétition réclamant sa libération sur internet recueillait aujourd'hui plus de 400.000 signatures tandis que de nombreuses personnalités ont apporté leur soutien à la mère de famille incarcérée.

François Hollande pressé de toutes parts

Lors de deux procès, la mère de famille a écopé de 10 ans de prison. La grâce présidentielle était son ultime espoir.

Les partisans de sa grâce ont mis en avant les 47 ans d'enfer conjugal vécue par la condamnée, battue chaque jour et dont les enfants ont tous été violés. Le fils de Jacqueline Sauvage s'est d'ailleurs donné la mort.
Les opposants à sa grâce estiment, eux, que le jour où Jacqueline Sauvage a donné la mort à son époux, elle avait prémédité son geste et ne se situait pas en état de légitime défense tel qu’il est défini par la loi.

 

Rappel des faits :

Jacqueline Sauvage a été condamnée en appel en décembre dernier à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari. Elle l'avait tué de 3 balles de fusil de chasse après avoir été battu pendant 47 ans.

Premier procès : 10 ans de prison

En appel, la peine avait été confirmée :

Les chiffres effroyables

Tous les trois jours en France, une femme meurt sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon. Plus de 200.000 femmes par an seraient victimes de violences conjugales, mais moins d'une sur trois le signale aux autorités.