Comment le documentaire "Hold-Up" a berné les plateformes de crowdfunding

Louise Wessbecher
·Journaliste cheffe de la rubrique culture, médias et divertissement
·1 min de lecture
La cagnotte de financement du documentaire complotiste "Hold-Up" a atteint près de 200.000 euros en moins de deux mois sur Ulule (Photo: Capture d'écran Ulule)
La cagnotte de financement du documentaire complotiste "Hold-Up" a atteint près de 200.000 euros en moins de deux mois sur Ulule (Photo: Capture d'écran Ulule)

COVID-19 - Sur les plateformes de crowdfunding Ulule et Tipeee, le hold up est total. Le documentaire controversé et complotiste, mis en ligne ce mercredi 11 novembre, entend s’en prendre ”à une incroyable et phénoménale entreprise de manipulation globale” en pleine pandémie de Coronavirus dixit son producteur Christophe Cossé. Et s’il a pu voir le jour, c’est grâce à une énorme mobilisation des internautes qui l’ont financé et continuent de le faire.

Si son relais par des personnalités particulièrement suivies sur les réseaux sociaux, de l’actrice Sophie Marceau (500.000 abonnés) à la candidate de télé-réalité Kim Glow (1 million d’abonnés) a indéniablement attiré la lumière sur le documentaire “Hold-up” le jour de sa sortie, l’engouement pour cette production qualifiée de “propagande complotiste” et de “fake news sur fake news” par de nombreux politiques et scientifiques est d’abord né sur des plateformes de financement participatif.

LIRE AUSSI

"Hold-up", le documentaire sur le Covid-19 confronté aux faits scientifiques

Un “Hold-Up” de 300.000 euros auprès des internautes

Car si les producteurs de “Hold-Up” ont pu enregistrer et monter les témoignages de l’ancien ministre de la santé Philippe Douste-Blazy (qui a depuis pris ses distances avec le documentaire), de l’infectiologue Christian Perronne, fervent partisan de Didier Raoult et déjà critiqué par le ministère de la Santé pour avoir jeté “le discrédit” sur les professionnels de santé, ou de la députée ex-LREM Martine Wonner, c’est grâce à la centaine de milliers d’euros récoltés en ligne. En août 2020, TProd et Tomawak, les soci&eacut...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.