H&M aurait brûlé des milliers de vêtements à cause d’une faute d’orthographe

·2 min de lecture
H&M aurait brûlé des milliers de vêtements à cause d'une faute d'orthographe - Getty Images (Getty Images)

Ce jeudi 6 janvier 2022, le témoignage d’une supposée employée de la chaîne de magasins H&M révèle la destruction de milliers de sweatshirts. En cause, une faute d’orthographe dans la broderie du modèle concerné.

Coup dur pour la chaîne de magasins de vêtements H&M. Ce jeudi 6 janvier, la très populaire page Facebook du média indépendant Mr Mondialisation a publié le témoignage anonyme d’une supposée employée de l’enseigne qui révèle la destruction de milliers de vêtements, rapporte le journal belge Metro. Peu compatible avec la politique de recyclage de H&M, cette décision s’expliquerait par une faute d'orthographe dans la broderie du vêtement en question.

A en croire l’employée, ces vêtements seraient en effet destinés à la destruction plutôt qu’au recyclage. “Bien évidemment, nous devons les renvoyer pour qu’ils soient détruits. Sous le statut "to destroy". Je ne sais pas comment ce genre d’erreur peut encore arriver”, raconte-t-elle dans le post de Mr Mondialisation. Et d’ajouter : “Parce que, ok, les enfants qui ont cousu ça au Bangladesh ne se sont pas rendus compte de la faute d’orthographe (cynisme), mais il doit quand même bien y avoir une personne qui a validé ce produit, un traducteur, enfin je ne sais pas, je ne sais plus…”

Une politique de recyclage affichée

“Une chose est sûre : la quantité de ces pulls que nous avons reçus, fois le nombre de magasins en France, Belgique et Luxembourg - et encore, on n'est pas le plus gros magasin-, égal le nombre de produits qui seront détruits parce qu'ils ont fait une faute d'orthographe”, conclut, indignée, l’employée supposée. Or, la destruction d’un tel nombre de vêtements neufs ne correspond pas vraiment à la politique affichée par la chaîne suédoise.

Accusée de brûler près de douze tonnes de vêtements par an, celle-ci a en effet lancé une grande politique de recyclage incitant ses clients à rapporter leurs vêtements usagés. Au total, cela aurait permis la récupération de vingt-neuf tonnes de textile. Ce qui n’empêcherait néanmoins pas d’ordonner des destructions insensées.

Ce contenu peut également vous intéresser

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles