« Un hiver pour s'écrire »: Angeles Donate redonne du sens à la correspondance

happymanda membre de la communauté 20 Minutes Livres.

ROMAN - « Un hiver pour s'écrire » de Angeles Donate est paru en novembre 2019 chez Calmann-Levy

Happymanda, contributrice du groupe de lecture « 20 Minutes Livres » et blogueuse, vous recommande Un hiver pour s’écrire d’Angeles Donate, paru le 13 novembre 2019 chez Calmann-Levy.

Sa citation préférée :

« Ecrire des lettres c’est se mettre nu devant des fantômes. »

Pourquoi ce livre ?

Parce que c’est un roman épistolaire qui va vous replonger dans la nostalgie des lettres écrites sur papier et vous transporter dans un monde presque magique. Il vous réchauffera le cœur comme un bon feu de cheminée au milieu de l’hiver. Parce que la solidarité pour soutenir l’héroïne, une factrice au bord du chômage, est tellement touchante, à l’image de ce roman tout en douceur, qui vous susurre à l’oreille le pardon, la bonté et qu’il n’est jamais trop tard. Parce qu’on ne change pas le passé mais peut être que les écrits peuvent modifier le présent et surtout l’avenir de tous.  Parce qu’une chaîne humaine à travers des courriers, qui ne rêverait pas d’en être le maillon ? On oublie l’importance des écrits avec l’arrivée d’internet, tout va très vite on ne prend plus le temps de réfléchir aux mots et à (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
« Dans les pas de Valeria » ouvre la voie d'une saga pleine de peps façon « Sex and the City »
« Liquide inflammable »: Robert Bryndza joue avec le feu pour que la vérité éclate
«Le best of d'Adam Sharp», Graeme Simsion: mélodies sixties et blues contemporain au menu de ce best of
Anaïs Vanel propose de « Tout quitter » pour reprendre sa vie du bon côté
«Parfois je mens», Alice Feeney: attention, sortie de coma difficile!
Les « Lésions intimes » de Christophe Royer laissent une trace plus profonde qu'on ne croit
«Poivre et Sel»: Guillaume Clicquot sonne l'’heure de la retraite et elle ne manque pas de piment
« Ce que tu as fait de moi »: Karine Giebel crée une passion dominée par la peur
« Le baiser de l'ogre » n'a pas la saveur froide qu'on imagine