Histoire : le jour où la Commune de Paris s'est soulevée

France 2
·1 min de lecture

Au sortir de la guerre de 1870 et la défaite de Sedan, la France est exsangue. A Paris, le peuple est aux abois et la misère règne. On mange ce que l'on trouve, parfois des rats et même les animaux exotiques du Jardin des Plantes. Le gouvernement, dirigé par Adolphe Thiers, est en conflit avec les citoyens de Paris qui ont combattu les Prussiens et monté une garde nationale.

Tout débute le 18 mars sur la colline de Montmartre, où les Parisiens entreposent des dizaines de canons. La révolte va réussir : pendant que le gouvernement se réfugie à Versailles (Yvelines), la Commune est proclamée le 27 mars. Elle adopte le drapeau rouge, et légifère sur l'interdiction du travail de nuit, la séparation de l'église et de l'Etat ou encore l'école laïque. "Cette expérience, de fil en aiguille, va conduire à quelques-unes des plus belles avancées sociales qu'on puisse imaginer, qui vont inspirer les révolutionnaires pendant des décennies, et même jusqu'à nos jours", commente Franck Ferrand, auteur d'ouvrages historiques. La statue de Napoléon, sur la place Vendôme, est détruite le 16 mai.

Les massacres de la Semaine sanglante

Mais les Versaillais, l'armée menée par Adolphe Thiers, sont déjà aux portes de Paris. Ils entrent le 21 mai, dans une capitale hérissée de barricades. Pris dans une spirale destructrice, les Communards incendient les édifices emblématiques, comme l'hôtel de ville. La révolte va toutefois être sévèrement réprimée. Durant la semaine sanglante, plus de 10 000 (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi