Histoire : à la rencontre du petit-fils du héros des Glières

A la lisière du plateau des Glières (Haute-Savoie), le 27e bataillon de chasseurs alpins entretient depuis 150 ans son savoir-faire. Ce jour-là, cette unité de montagne est à l'entraînement dans un lieu symbolique où leurs aînés ont pris le maquis pour combattre l’ennemi nazi. Ces dizaines de résistants du maquis des Glières se sont rassemblés sur ce plateau enneigé difficile d’accès, à 1400 mètres d’altitude, en plein hiver 1944, à l’appel de Londres et de la France libre. Ils ont formé l’un des tout premiers rassemblements des forces de la résistance en France. A l’époque, le grand-père d’Ivan Morel, Tom Morel, le dirigeait. Une fierté familiale Leur mission était de combattre et de réceptionner des parachutages alliés grâce à la complicité des habitants. Mais le maquis a fait l’objet d’une attaque massive de l’armée allemande, un combat déséquilibré dans lequel 129 résistants mourront. Ivan Morel, porté par cette histoire, dirige désormais le bataillon. Sous son commandement, 1300 soldats, dont certains se préparent à partir au Mali. A son bras, il porte le même insigne que portait déjà son grand-père il y a 77 ans.