Hip-hop: disparition du chorégraphe Ousmane Sy

·2 min de lecture

Il était une star mondiale du mouvement hip-hop. Le danseur et chorégraphe Ousmane Sy est mort. Figure renommée des danses urbaines, il codirigeait le centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne au sein du collectif FAIR-E.

C'était un champion. Ousmane Sy, artiste âgé d'une petite quarantaine d'années, est décédé brutalement ce week-end. La maire de Rennes, Nathalie Appéré, a salué dans un communiqué un précurseur qui « a réussi à imposer et faire reconnaître la richesse de la culture hip-hop dans la danse contemporaine ».

Ses chorégraphies étaient comme une partie de football. Elles s’inspiraient souvent des mêmes tactiques : mouvements concertés, courses croisées, passements de jambes, échanges transversaux. « Baba » ou « Babson » comme on l’appelait, a créé un univers artistique original et souvent physique. « Depuis ses premiers footworks il y a bientôt trente ans, il s'est attaché à traduire en danse sa fascination pour le mouvement concerté d'une équipe de football », déclare le CCNRB, le Centre chorégraphique de Bretagne.

Ce désir irrépressible de dépassement de soi anime le danseur d’origine malienne depuis ses débuts. Dans les années 1990, il rafle tous les concours de hip-hop, avant de décrocher en 2001 le titre de champion du monde du Battle of the Year, prestigieuse compétition de danse urbaine.

L’artiste, qui a grandi à Antony, en banlieue parisienne, introduit progressivement la gestuelle androgyne des boîtes de nuit de New York dans ses créations. Il avait notamment fait sensation à Rennes il y a à peine un an, avec Queen Blood, une pièce sur la question de la féminité assumée, ou subie.

Précurseur éclectique et visionnaire, Ousmane Sy a réussi son pari : imposer et faire reconnaître la danse de rue dans la danse contemporaine, à travers sa recherche esthétique, autant nourrie par le ballon rond et le ballet que par le freestyle du hip-hop.

Au sommet de son art, Ousmane Sy répétait ces derniers jours sa nouvelle création, One Shot, qui doit ouvrir le Festival Suresnes cités danse en janvier.