Hillrom: les salariés évaluent leurs managers

Vallez-d'Erceville, Angélique
L’entreprise de fabrication de matériel médical Hillrom emploie quelque 500 personnes en France. / Hillrom

Au Palmarès 2020 des entreprises où il fait bon travailler, établi par Great Place to Work, en partenariat avec Le Figaro, Hillrom occupe la 18e place dans la catégorie des 250 à 1000 salariés.

Peut-être y avait-il un léger malaise. Tout du moins un manque. Que la parole constructive a permis de combler. Invités en mai 2019 à s’exprimer sur la stratégie de leur entreprise, les salariés de Hillrom ont indiqué rechercher davantage de proximité managériale, ainsi qu’un besoin de plus de communication et de reconnaissance. «Des groupes de travail ont été invités à réfléchir sur les trois axes d’amélioration révélés. Beaucoup d’idées concrètes ont été apportées, notamment le principe d’une évaluation de performance inversée», détaille Véronique Decker, responsable ressources humaines pour cette entreprise de fabrication de matériel médical, filiale française du groupe américain Hillrom.

Niveau de satisfaction

Ainsi, les salariés voulaient pouvoir noter leurs managers. Et l’entreprise a accédé à cette demande. Sur la base du volontariat et de façon anonyme, les équipes ont indiqué leur niveau de satisfaction. «Que l’enquête ait relevé des points positifs ou des axes d’amélioration à envisager, nous avons fait une restitution de ces résultats à chacun des managers évalués. Le questionnaire a révélé que quatre d’entre eux avaient besoin d’un accompagnement spécifique, que nous leur avons apporté», indique Véronique Decker.

Cette démarche d’introspection, pas forcément évidente et facile, est essentielle aux yeux de la direction. «Nous voulons être les numéros 1 de l’industrie médicale, alors nous nous donnons les chances d’évoluer, d’atteindre l’excellence, décrit Marc Capdeville, le directeur exécutif du site de Pluvigner (Morbihan). Or, notre compétitivité et notre différenciation passent par l’humain. La certification Great Place to Work a été un booster qui nous a encouragés à nous confronter avec bienveillance à nos forces et faiblesses.»

Reconnaissance

Pour (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Le Palmarès 2020 des entreprises où il fait bon travailler 
Start People joue la carte de la formation 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro