Olivier Véran s'en prend à ceux qui s'offrent "des coups de com'" avec le covid

Anthony Berthelier
·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
Hidalgo, Rottner, Larcher... Véran s'en prend à ceux qui "s'offrent des coups de com'" avec le covid (photo d'illustration prise le 22 décembre)  (Photo: GEOFFROY VAN DER HASSELT / POOL / AFP)
Hidalgo, Rottner, Larcher... Véran s'en prend à ceux qui "s'offrent des coups de com'" avec le covid (photo d'illustration prise le 22 décembre) (Photo: GEOFFROY VAN DER HASSELT / POOL / AFP)

POLITIQUE - Le petit déjeuner du ministre de la Santé devait être copieux. Invité du “grand rendez-vous” de CNEWS, Les Echos et Europe 1, ce dimanche 10 janvier à la mi-journée, Olivier Véran a défendu sa stratégie pied à pied, distribuant de nombreuses gifles aux élus de l’opposition, souvent locaux, dont certains critiquent sans relâche les décisions des autorités.

“Cela dépend si les élus sont en campagne ou s’ils ne le sont pas”, a d’emblée pointé le ministre de la Santé, comme pour atténuer la fronde d’une partie des responsables politiques de terrain, avant d’enchaîner les remarques acerbes. À Marseille par exemple la mairie, à gauche, et la région, à droite, montent au créneau par l’intermédiaire de Michèle Rubirola ou Renaud Muselier pour protester contre l’extension du couvre-feu et en contester son utilité.

Des critiques politiques et marginales, selon le ministre de la Santé. Pour lui, elles sont l’œuvre d’élus “en campagne ouverte” pour les régionales ou la présidentielle. Olivier Véran ne s’est pas étendu sur les élus du sud de la France qui lui mènent pourtant la vie dure à chaque étape de la crise sanitaire. Il a plutôt dirigé ses foudres contre Gérard Larcher, Jean Rottner ou Anne Hidalgo. Avec une mention spéciale pour la maire de Paris.

Haro sur Hidalgo

“Certains élus, qui ne sont pas forcément des présidents de région sortants, certains maires de grandes villes, qui sont peut-être dans l’idée, dans l’espoir ou dans le fantasme d’une campagne en profitent pour se faire un coup de com&rsq...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.