«HH» : la claque Hyphen Hyphen

Emmanuel Marolle
Paris, le 24 mai. Le groupe Hyphen Hyphen chez Warner

Le groupe niçois frappe très fort avec un second album époustouflant qui sort ce vendredi.


Deux marques noires sur le visage. Elles veulent dire Hyphen Hyphen. Soit « trait d’union » en anglais. Un signe de reconnaissance. Des peintures de guerre. Car le jeune groupe français originaire de Nice, révélé par un petit tube « Just need your love » et une Victoire de la musique en 2016 a désormais la rage pour conquérir le monde. La trouille aussi. « On a jamais été aussi stressé, lâche le trio. Au moment de la sortie du premier album, on avait un peu peur, mais là ça n’a rien à voir. Parce que notre nouveau disque est bien meilleur. On a mis tout de nous dedans. Ça fait un an qu’on ne dort pas. »

Qu’ils se rassurent. Depuis le début de l’année, on n’a rien entendu de mieux que ce « HH ». Une claque et onze titres. Et autant de déflagrations. Rock rap électro s’entrechoquent au milieu de textures sonores inouïes, porté par la voix vertigineuse de Santa, tantôt furie électrique, tantôt mama soul. Une production taillée pour un destin international, tant ce disque, toujours en mouvement, n’a rien à envier à certains grands aînés anglo-saxons. « On a un bon accueil des États-Unis justement. On nous demande beaucoup : Avec quel grand producteur avez-vous bossé ? »

Hyphen Hyphen a travaillé tout seul, à la maison à Paris où les trois musiciens se sont installés. « On voit toute intervention extérieure comme une façon de nous voler une part de sincérité. Et c’est de pire en pire. On commence à devenir réalisateur de nos clips, monteur, concepteur. On a fait notre pochette. A l’arrivée, ce disque est vraiment un prolongement de nous-mêmes. »

Hymne féministe

Le trio a donné de sa personne, livrant des textes intimes, toujours en anglais comme un voile pudique posé sur des sentiments à vif. « On vient tous d’avoir 25 ans. Et ce disque illustre notre génération, qui écoute plein de musiques différentes et est aussi un peu paumée. Young leaders parle de ça. Last call de rupture, où (...) Lire la suite sur LeParisien.fr

«Despacito» effacé de YouTube : deux hackers jugés en octobre à Paris
Eurovision : les internautes se mobilisent pour que Jul représente la France
Retenez bien son nom : Kimberly Kitson Mills, la voix de Kimberose
Découvrez le nouveau clip de Christine and the Queens
Héritage Hallyday : «Un tribunal américain est compétent», dit l’avocat de Laeticia