Heurts entre police marocaine et migrants voulant rejoindre Ceuta

·1 min de lecture

par Mariano Valladolid et Ahmed Eljechtimi

CEUTA, Espagne/FNIDEQ, Maroc (Reuters) - Des centaines de migrants ont tenté mercredi de contourner l'important dispositif de sécurité à Ceuta pour rejoindre l'enclave nord-africaine, alors que les autorités espagnoles ont procédé à de nouvelles expulsions massives après l'arrivée de milliers de personnes depuis le Maroc en début de semaine.

Environ deux tiers des 8.000 personnes s'étant rendues illégalement à Ceuta, dont des enfants non accompagnés, ont été renvoyées de l'enclave, ont indiqué les autorités espagnoles. Toutefois un grand nombre de ces migrants ont exprimé leur volonté de tenter à nouveau de rejoindre l'Europe.

Plusieurs centaines de personnes se sont opposées à la tombée de la nuit à la police marocaine à Fnideq, ville frontalière située à proximité de Ceuta, alors que des milliers de personnes s'y étaient réunies en fin d'après-midi, a constaté un journaliste de Reuters.

Des centaines de jeunes hommes ont tenté d'approcher de la clôture frontalière haute de six mètres avant d'être repoussés par la police marocaine, qui a par la suite exhorté la foule à se disperser. Certains ont pénétré dans l'eau et commencé à nager vers la plage de Ceuta, où l'armée les attendait, selon des images diffusées par la télévision espagnole.

"Nous procédons au renvoi immédiat de ceux qui sont entrés illégalement", a déclaré plus tôt dans la journée le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, devant les députés.

(Mariano Valladolid et Jon Nazca à Ceuta, Ahmed El Jechtimi à Fnideq, avec Inti Landauro, Belen Carreno et Cristina Galan à Madrid; version française Jean Terzian)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles