Heurts au Stade de France: «Ces mouvements de foule auraient pu faire beaucoup de dégâts»

Mouvements de foule, gaz lacrymogènes, charges policières et des supporters de Liverpool qui n'ont pas pu accéder à l'enceinte avant la fin de la première mi-temps. Ce samedi soir, à l'occasion de la finale de la Ligue des champions, la fête a été gâchée et la France montrée du doigt, après les heurts qui ont éclaté aux abords du stade de France. Driss Aït Youssef est docteur en droit public et spécialiste des questions de sécurité. Il revient sur cette soirée.

RFI : La France a déjà avec succès organisé de très grands événements : l’Euro 2016, Coupe du monde de football, Coupe du monde de Rugby. Qu’est-ce qui a coincé ce samedi au stade de France ?

Driss Aït Youssef : Vous avez plusieurs facteurs, plusieurs événements qui ont bloqué le début de cette rencontre. D’abord, vous avez eu un mauvais fléchage manifestement à la sortie du RER. Les supporters de Liverpool ont mal été fléchés.

Vous avez ensuite un autre problème qu’il faut arriver à déterminer, c’est pourquoi les portiques du côté des supporters de Liverpool ont bloqué ? Est-ce que c’est parce que ce sont des individus munis d’un faux billet qui ont tenté de passer et qui ont été refoulés, et que ça a créé un goulot d’étranglement ? C’est-à-dire que vous faites passer votre billet, ça ne passe pas et vous repassez le billet et ça ne passe pas. En attendant, vous avez des milliers de supporters qui arrivent et cela génère un goulot d’étranglement.

Pourquoi est-ce que les forces de l’ordre, à ce moment-là, décident de faire usage de leurs moyens de dispersion, de la force, de gaz lacrymogènes, de charges alors qu’en face, il y a juste des gens qui viennent voir un spectacle pour lequel, a priori, ils ont payé un billet ?


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles