Heurts au Parlement en mai: des élus de l'opposition hongkongaise arrêtés

·3 min de lecture
Un élu de l'opposition pro-démocratie est évacué lors de heurts au Conseil législatif, le 8 mai 2020 à Hong Kong

Heurts au Parlement en mai: des élus de l'opposition hongkongaise arrêtés

Un élu de l'opposition pro-démocratie est évacué lors de heurts au Conseil législatif, le 8 mai 2020 à Hong Kong

Sept membres de l'opposition pro-démocratie hongkongaise ont été arrêtés dimanche pour leur implication dans des heurts survenus en mai au Conseil législatif (LegCo), le parlement local, au moment où l'ex-colonie britannique est l'objet d'une reprise en main musclée par Pékin.

Les sept, parmi lesquels figurent quatre députés, ont été arrêtés pour "outrage" et "obstruction" au travail des membres du LegCo, a précisé la police.

Seule la moitié des membres de cette chambre sont élus au suffrage universel, les autres étant désignés selon un système juridique complexe qui assure systématiquement la majorité au bloc pro-Pékin.

Les heurts sont fréquents au LegCo, l'opposition pro-démocratie usant largement de ses quelques pouvoirs juridiques pour faire de l'obstruction et tenter d'empêcher le vote de textes auxquels elle s'oppose.

Le 8 mai, les échauffourées s'étaient cristallisées autour de la direction du Comité de la chambre (House committee) dont le rôle est de passer en revue les projets de loi avant qu'ils ne soient examinés. 

Ce comité n'avait alors plus de leader depuis octobre 2019 et les élus pro-démocratie étaient pendant des mois parvenus à empêcher la désignation d'un nouveau leader.

Cette après-midi là, l'une des pro-Pékin, Starry Lee, s'était installée dans le fauteuil de leader en s'abritant derrière une analyse juridique rédigée par des avocats du gouvernement allant dans son sens.

Mais des élus de l'opposition, mettant en avant leurs propres arguments juridiques, l'avaient accusée de violer la loi.

Le chaos s'était ensuite emparé de la chambre. Des agents de sécurité et des élus pro-Pékin s'étaient rangés autour de Mme Lee alors que les pro-démocratie tentaient d'imposer leur propre candidat au poste. L'un avait même essayé d'escalader un mur pour arriver à la tribune.

Des agents de sécurité ont alors évacué de force plusieurs élus pro-démocratie, tandis que les parlementaires rivaux arboraient des pancartes et filmaient avec leurs téléphones et retransmettaient en direct cette confusion avec leurs réseaux sociaux.

Dimanche, la police s'en est prise exclusivement aux pro-démocratie, dans la dernière offensive en date contre l'opposition au pouvoir central chinois.

Le suffrage universel est une demande cruciale du camp pro-démocratie, qui a été au coeur des mobilisations de 2014 et 2019.

L'ex-colonie britannique a connu de juin à décembre 2019 sa pire crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, avec des manifestations souvent violentes pour dénoncer des ingérences de plus en plus fortes de Pékin dans les affaires de sa région semi-autonome.

L'épidémie de coronavirus a contribué à réduire la contestation dans la rue, mais le ressentiment d'une partie de la population n'a pas disparu. 

Et en réponse à l'agitation de l'an passé, Pékin a imposé fin juin à Hong Kong, en court-circuitant le LegCo, une loi drastique sur la sécurité nationale qui donne aux autorités de nouveaux pouvoirs pour réprimer quatre types de crimes contre la sécurité de l'Etat: la subversion, la sécession, le terrorisme et la collusion avec des forces extérieures.

Plus de 10.000 personnes ont été arrêtées à Hong Kong depuis juin 2019 et les tribunaux croulent sous le nombre d'affaires à juger.

su/jac/plh