Heure d’hiver 2022 : faut-il préparer les bébés au changement d’horaire ?

Le changement d’heure n’aurait pas d’impact sur les bébés de moins de 3 mois.
mrs / Getty Images Le changement d’heure n’aurait pas d’impact sur les bébés de moins de 3 mois.

SAISONS - Deux fois par an, c’est la même chose. Le changement d’heure a lieu cet hiver dans la nuit du 29 au 30 octobre 2022. Un décalage qui peut angoisser les parents de bébés ou de très jeunes enfants, dont le sommeil n’est pas encore fluide.

Dimanche à 2h du matin, il faudra enlever une heure et il sera donc 1h. Si pour la plupart des gens, cela fait gagner une heure de sommeil, les enfants en bas âge risquent de se réveiller encore plus tôt que d’habitude. Faut-il les préparer à ce changement ?

« Moins de 3 mois, pas d’impact »

Pour les bébés de moins de 3 mois, les changements d’heure n’auraient pas d’impact. « Un nourrisson de moins de 3 mois va s’adapter, il n’a pas encore de rythme de sommeil et d’alimentation », rassure auprès du HuffPost, Emmanuelle Rigeade, infirmière puéricultrice. Selon la professionnelle, le sommeil n’est « mature que vers 5-6 ans. »

« Les bébés sont en train d’apprendre à faire leurs nuits, souligne Marc Rey, neurologue et président de l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV). Le fait de changer d’heure, alors que leur sommeil est très polyphasique -ils alternent des plages d’éveil nocturne et de sommeil diurne-, ne va pas changer grand-chose pour eux. »

Après 3 mois, le changement d’heure peut modifier l’heure du coucher ou celle du lever, qui peuvent commencer à devenir de plus en plus réguliers. « Il y a deux façons de faire possibles : soit on ne fait rien et on se dit que l’enfant va se décaler tout seul petit à petit les jours suivants, explique Emmanuelle Rigeade. Soit on le décale la semaine d’avant un petit peu chaque jour. Cela dépend vraiment des parents. »

Le maître-mot : la régularité

La professionnelle insiste sur le fait de ne pas s’angoisser et de faire comme on le sent. « Il y a des gens que ça inquiète, des enfants qui ont des rythmes de sommeil un peu fragiles, qui vont subir la fatigue plus durement, souligne la puéricultrice. Mais si on les couche les jours suivants 10-15 minutes plus tôt, ça se recale très vite. Les enfants s’adaptent, souvent plus vite que nous, à beaucoup de choses ! »

Le passage à l’heure d’hiver est souvent plus facile à gérer que celui à l’heure d’été, car il fait jour moins tard. Pour Marc Rey, de l’INSV (Institut National du Sommeil et de la Vigilance), le maître-mot, c’est la régularité. « Il est important d’avoir des horaires de coucher, plutôt précoces, rappelle Marc Rey. Dans une enquête réalisée lors de la journée du sommeil le 18 mars par l’INSV, on note que seuls 48% des parents couchent leurs enfants à une heure régulière tous les jours. »

Se coucher plus tôt

Ce changement d’heure peut avoir un côté positif pour les parents d’enfants qui se couchent trop tard au goût des parents et leur permettre de les recaler. « Un enfant qui se couche habituellement à 21h va être fatigué à 20h », expose Emmanuelle Rigeade.

L’important, quel que soit le nouveau rythme qu’on adopte, est de garder le même rythme la semaine et le week-end. « Si on décale l’enfant et qu’on change d’horaires en permanence, il va avoir plus de mal à mettre en place ses rythmes et des problèmes d’opposition au sommeil peuvent apparaître », note Marc Rey.

Le médecin glisse une autre règle d’or : pas d’écrans le soir. « Si vous occultez la lumière du soleil le soir mais que l’enfant est exposé à la lumière bleue, ça empêche de dormir », rappelle-t-il.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi