Hervé Quénol : « Nous aidons les viticulteurs à s’adapter pas à pas »

·2 min de lecture

Hervé Quénol, chercheur du CNRS au Laboratoire Littoral, environnement, géomatique, télédétection, modélise l’impact du changement climatique sur la vigne à l’échelle locale.

Futura : Pourquoi travailler sur la vigne ?

Hervé Quénol : La vigne est un excellent marqueur du changement climatique car la qualité du vin dépend directement de l’ensoleillement et de la température. L’alcool provient de la fermentation des sucres que la vigne produit par photosynthèse. Elle en produit d’autant plus que l’ensoleillement est important. Et, même si les goûts évoluent, on ne peut pas imaginer dépasser un taux d’alcool de 15°.

La chimie du vin

Futura : À quelle échelle travaillez-vous et comment ?

Hervé Quénol : Un viticulteur, comme tout agriculteur, a besoin d’informations à l’échelle de ses parcelles. Leur climat est influencé par la topographie, le type de sol, la présence d’un cours d’eau, etc.  Par exemple, sur une vigne en coteau, l’écart de température peut être en moyenne de 2 °C entre le bas et le haut du coteau. Or les modèles climatiques globaux ont, au mieux, des résolutions de quelques kilomètres : l’appellation Saint-Émilion dans le Bordelais est ainsi représentée par six mailles. C’est bien trop imprécis. Nous modélisons le climat du futur à l’échelle de mailles d’une centaine de mètres. Pour cela, nous prenons des mesures sur le terrain, avec des capteurs de stations météorologiques. Nous établissons des liens statistiques avec certains facteurs locaux comme l’évolution de la température selon la pente, le type de sol, les expositions ou l’altitude. Nos collègues agronomes de l’Inrae caractérisent aussi la croissance de la vigne et ses taux de sucre pour faire le lien avec cette variabilité locale du climat. Je travaille ainsi dans une vingtaine de pays pour avoir des données sur les différents climats viticoles de la planète : France, Grande-Bretagne, Allemagne, Roumanie, Espagne, Argentine, Uruguay... Je suis actuellement en Nouvelle-Zélande où...

> Lire la suite sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles