Le premier soutien-gorge est inventé en 1889 : Herminie Cadolle libère les femmes du corset

France 2

A la fin du XIXe siècle, Herminie Cadolle (1842-1924) change le cours de l’histoire des femmes en contribuant à les libérer du corset qui les martyrise pour répondre aux critères de beauté de l'époque : "C’était une femme du peuple et elle a appris le métier de giletière qui était très complexe en couture. Elle n’a pas choisi d’être une petite couturière", dit son arrière-arrière-petite fille Poupie Cadolle au magazine "20h30 le samedi" (replay).

La jeune femme fait des corsets de luxe pour la grande bourgeoisie parisienne qu’elle ne porte pas vraiment dans son cœur. Membre de l’un des premiers mouvements féministes, communarde, amie de la militante anarchiste Louise Michel, elle se bat pour l’égalité salariale entre les hommes et les femmes. Emprisonnée à la fin de la Commune de Paris en 1871, Herminie part ensuite en Argentine.

"Hélas, il n’a pas eu de succès. Les femmes n'étaient pas prêtes"

"Fabriquer ces corsets et voir la soumission au vêtement et à la mode… elle a dû se dire : 'Non, niet, j’arrête ! Libérons la femme, non seulement intellectuellement, mais libérons aussi ses mouvements'", précise sa lointaine descendante. La révolutionnaire ose alors couper en deux cet instrument de torture qui comprime le corps des femmes, au point souvent de les faire s’évanouir. C'est un coup de bistouri radical qui libère ainsi l’estomac et les seins.


Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi