Aux Herbiers, «le faible taux de chômage est encore un rempart»

Libération.fr

En cette terre de Vendée, proche du plein-emploi, les ouvriers se disent malgré tout en colère et comptent la partager. Mais peu admettent pencher pour le FN.

Immergés en plein bocage vendéen, Les Herbiers semblent vaccinés contre la sinistrose. Une dizaine d’agences de recrutement aux vitres saturées d’annonces cohabitent dans cette commune de 15 000 habitants. «On recrute, on forme», proclame, en rouge, une entreprise de viande à l’orée de la zone industrielle. Fin 2016, le chômage plafonnait à 5,3 %, soit un niveau proche du plein-emploi. Le souvenir des guerres de Vendée, pivot de l’identité locale, aurait renforcé les solidarités et stimulé l’initiative individuelle. Depuis une trentaine d’années, les entrepreneurs locaux ont accouché de PME prospères. Dans les environs, 116 entreprises industrielles se sont installées, dont des fleurons de l’agroalimentaire, de la construction et de la métallurgie : Fleury-Michon, La Boulangère, General Transmissions, Briand, K-Line… Les postes d’ouvriers représentent encore 40 % des emplois. Charles a emménagé aux Herbiers il y a un mois, sur les conseils d’un ami. Ce trentenaire aux yeux bleus, ancien électricien dans le bâtiment, équipe désormais les bateaux de plaisance des Chantiers Jeanneau, deuxième constructeur au monde. «J’ai quitté Paris le vendredi, se souvient-il. Dès le mardi, j’embauchais.»

A 13 heures, devant l’entrée de l’usine, le portique libère les salariés qui ont pris leur poste à l’aube. La présidentielle commence à occuper les esprits. La poussée du vote FN se ressent aussi en Vendée. Le Mouvement pour la France (MPF) de Philippe de Villiers, résident des Herbiers, a longtemps monopolisé le créneau de l’extrême droite. En 2012, Marine Le Pen avait recueilli 10,6 % des suffrages, derrière Nicolas Sarkozy, François Hollande et François Bayrou. Mais à 10 kilomètres du Puy du Fou, «le FN a des velléités d’avancer», observe Daniel Charrier, président de Forum citoyen, l’opposition de gauche à la maire MPF. (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

A l’usine PSA de Sochaux, le bulletin «espoir» contre le bulletin «ras-le-bol»
Contre le FN, des cours de la CGT pour savoir riposter à la pause café
Sentiment d’injustice
Entre Le Pen et Mélenchon, le vote des ouvriers balance
FILLON Sens commun, de bouée à boulet

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages