Herbert Diess quitte la tête du géant de l'automobile Volkswagen

Coup de tonnerre dans le monde l'automobile : le bouillant patron de Volkswagen Herbert Diess quittera ses fonctions dans quelques semaines après quatre années mouvementées à la tête du premier constructeur européen entre cicatrices du « dieselgate » et transition vers l'électrique.

Ce départ surprise a été décidé « d'un commun accord » lors d'une réunion du conseil de surveillance de Volkswagen, selon un communiqué. Herbert Diess était sur la sellette depuis des mois au sein du géant aux douze marques en proie à des tensions récurrentes avec les puissants représentants du personnel et les autres figures de l'exécutif du groupe engagé dans un profond virage stratégique.

Ce changement intervient également au moment où Volkswagen est en train de planifier l'introduction en bourse de Porsche, sa marque la plus prisée, afin de lever de nouveaux fonds pour l'électrification et les investissements massifs dans le numérique. C'est justement l'actuel président du directoire de Porsche, Oliver Blume, qui va prendre les rênes du constructeur à partir du 1er septembre, a annoncé le groupe.

Arrivé pour tourner la page du « dieselgate »

Arrivé en 2018 au volant de Volkswagen pour tourner définitivement la page du « dieselgate », Herbert Diess incarnait l'ambition du groupe de devenir le plus grand constructeur mondial de voitures électriques d'ici 2025, en injectant des dizaines de milliards d'euros dans cette révolution à marche forcée. Son style clivant l'a souvent opposé aux influents représentants du personnel, mais l'Autrichien de 63 ans avait toujours réussi à sauver sa tête.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles