Hérault : un médecin accusé d'avoir escroqué la CPAM de plus de 450 000 euros

·3 min de lecture
Les faits reprochés au médecin se seraient produits entre 2017 et 2019 (Photo : BSIP/UIG Via Getty Images)

Un médecin généraliste de Montpellier âgé de 60 ans est poursuivi par la justice pour avoir facturé des actes médicaux qu’il n’a jamais dispensé et appliqué des tarifs démesurés à ses prestations entre 2017 et 2019, pour un préjudice total estimé à 457 300 euros.

Il a profité sans vergogne des mécanismes de solidarité liés aux prestations de santé. Suite à une plainte déposée par la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) en décembre 2019, un médecin généraliste âgé de 60 ans et exerçant à Montpellier est dans le viseur de la justice française, qui le soupçonne d’avoir escroqué l’organisme de service public dans des proportions faramineuses.

Des revenus quatre fois supérieurs à la moyenne

Comme l’indique le Midi Libre, il est reproché à ce médecin d’avoir “facturé des actes non effectués et d'avoir appliqué de mauvaises cotations”, et ce pendant au moins trois ans, de 2017 à 2019. Au total, le préjudice calculé par la CPAM sur ces trois années d’exercice s’élève à 457 300 euros.

Vidéo : Vaccination contre le Covid-19 : attention aux arnaques

Le quotidien régional liste les grosses incohérences relevées au cours de l’enquête, qui ressemblent à autant de preuves de la fraude pratiquée par le suspect sur cette période. Entre 2017 et 2019, le généraliste a ainsi enregistré une activité supérieure de 70% à la moyenne de celles de ses confrères de la région et généré des revenus quatre fois supérieurs à la moyenne de ceux des autres généralistes exerçant en Occitanie.

Actes d’urgence, perfusions et prescriptions à outrance

Selon le Midi Libre, le suspect aurait par exemple “effectué cinq fois plus d'actes d'urgence que le médecin urgentiste qui est le plus intervenu sur la région” au cours de l’année 2018. Pour atteindre ces quantités délirantes, le sexagénaire aurait notamment facturé pas moins de 184 actes médicaux d’urgence en trois ans à un seul et même patient, et 173 à un autre.

Les accusations ne s’arrêtent pas là, puisque le quotidien régional précise qu’il lui également reproché “d'avoir effectué de nombreux actes techniques alors qu'il était dépourvu de diplôme de chirurgien, d'avoir prescrit des milliers de boîtes de compléments alimentaires sans aucune raison et, surtout, d'avoir facturé des perfusions à outrance”.

Un train de vie fastueux

Mises à jour par une enquête au long cours ayant permis de rassembler de nombreux témoignages de patients, ces pratiques illicites ont apparemment permis au médecin de mener un train de vie fastueux ces dernières années. Au cours de la perquisition menée à son domicile, les enquêteurs ont notamment trouvé 40 000 euros en liquide et trois voitures de luxe louées par le suspect (deux Mercedes et une Maserati).

Entendu une première fois par la justice en mars 2020, le suspect a de nouveau été convoqué il y a quelques jours au terme de l’enquête. Le généraliste fraudeur devrait être jugé en mai prochain par le tribunal judiciaire de Montpellier. Accusé d’escroquerie, il encourt jusqu’à sept ans d'emprisonnement et 750 000 euros d’amende, en vertu de l’article 313-2 du Code pénal.

Ce contenu peut également vous intéresser :